L’Algérie classée troisième en Afrique : Les transferts illicites ont atteint 25,7 milliards de dollars » terres d'islam | Bloguez.com

 L’Algérie classée troisième en Afrique : Les transferts illicites ont atteint 25,7 milliards de dollars

13/4/2010

 

L’Algérie classée troisième en Afrique : Les transferts illicites ont atteint 25,7 milliards de dollars

L’Algérie est classée troisième en Afrique en matière de flux financiers illicites dont le montant a atteint 25,7 milliards de dollars entre 1970 et 2008, selon un rapport de l’organisation non gouvernementale, Global Financial Integrity (GFI) sur ce fléau en Afrique.

Le Nigeria vient en tête de la liste établie par cette ONG avec 89 milliards de dollars, suivi de l’Egypte (70 milliards de dollars). L’Algérie devance le Maroc et l’Afrique du Sud, qui cumulent respectivement 25 milliards et 24 milliards de dollars de flux financiers illicites. Le montant global en Afrique de ces transferts illégaux dépasse 854 milliards de dollars, dont la moitié a été effectuée entre 2000 et 2008. Ce montant passerait du simple au double si l’on comptabilise les flux qui concernent les services, note GFI. L’Afrique aurait perdu en réalité 1800 milliards de dollars durant la période de référence de ce rapport. Ces sommes représentent deux fois les dépenses publiques pour l’aide au développement, souligne la même source. Cette hémorragie est donc l’un des obstacles au développement du continent noir. L’Afrique subsaharienne se taille la part du lion avec plus de 600 milliards de dollars.

Les transferts illégaux dans les pays exportateurs de pétrole ont frôlé les 355 milliards de dollars, dont 219 milliards durant la décennie écoulée. En extrapolant les conclusions sur le phénomène à travers le monde sur l’Afrique, il ressort que 3% du montant global provient de la corruption. L’argent généré par les pratiques criminelles telles que le trafic de drogue, le racket et la contrefaçon représente 30 à 35% des transferts. La palme revient cependant à l’évasion fiscale qui totalise, à elle seule, entre 60 et 65% de ces flux illicites. GFI estime le manque à gagner à 1767 dollars de capital à investir par habitant dans les régions d’Afrique du Nord (Algérie, Egypte, Libye, Maroc et Tunisie) durant les 39 dernières années, à 1334 dollars en Afrique de l’Ouest et à 1313 en Afrique centrale. Les flux financiers illicites ont augmenté de manière substantielle durant cette période avec un repli pendant les années 1990, et ce, en dépit des taux élevés de croissance démographique sur tout le continent, relève le rapport.

« Ce flux massif d’argent illicite hors de l’Afrique est facilité par un système financier mondial opaque qui encourage les paradis fiscaux, les juridictions secrètes, les sociétés écrans, les comptes en fiducie anonyme, les fausses fondations, la mauvaise évaluation des prix du commerce et les techniques de blanchiment d’argent », souligne GFI. D’après cette organisation, l’impact de ce phénomène et les fonds qu’il déplace en dehors de l’Afrique est stupéfiant. Ainsi, ce flux épuise les réserves en devises, accroît l’inflation, réduit les rentrées fiscales, bloque l’investissement et compromet le libre-échange. Le plus grand impact est ressenti par les personnes au bas de l’échelle des revenus dans leur pays. Ces ressources qui échappent au contrôle des gouvernements « pourraient être utilisées pour la lutte contre la pauvreté et la croissance économique en Afrique », conclut GFI.

 

Par Nora Boudedja

Source : http://www.elwatan.com

Category : FINANCE INTERNATIONALE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |