L'Europe et l'Islam: Le malentendu comme certitude » terres d'islam | Bloguez.com

 L'Europe et l'Islam: Le malentendu comme certitude

16/4/2010

 

L'Europe et l'Islam: Le malentendu comme certitude

Par Notre Bureau De Bruxelles: M'hammedi Bouzina Med

La visibilité des musulmans semble poser la question identitaire en Europe. Discrimination, incompréhension, voire racisme sont le lot quotidien d'humiliations entretenues par le monde politique et celui des médias. Seul, le monde associatif et universitaire résiste à cette dérive dangereuse pour la paix en Europe et… ailleurs.

En Europe, le débat sur les questions identitaires et religieuses est monté, ces dernières semaines, d'un cran. Plus précisément, le débat se cristallise autour de la «présence musulmane» en Europe, son rapport aux valeurs judéo-chrétiennes et à la démocratie occidentale.

 En tête, les partis politiques de l'extrême droite surenchérissent dans le mensonge, l'opprobre, l'amalgame et la manipulation de la présence musulmane face à la droite nationaliste, qui a compris l'effet racoleur dans les milieux populaires du débat sur l'identité nationale en période électorale et s'en saisit à son tour. Le débat est violent, dangereux et a fini par ne plus viser, au-dessus et par-dessus tout, que la seule présence des immigrés maghrébins et ceux qui ont pour foi l'islam. Cette comédie politique aux relents fascistes est amplifiée par les J.T des médias lourds et la presse à sensation et scandales. Les télés exposent la «souffrance» des femmes portant la burqua, le niqab et même le voile. Les journaux rapportent, quotidiennement, des faits divers de violences, vols et agressions sur de veilles personnes commis par des adolescents et jeunes immigrés. Jusqu'aux écoles qui, dans certains pays comme la France, sont devenues des bunkers sous surveillance des caméras vidéo, de policiers et gendarmes. Une image et un climat de guerre des sanctuaires du savoir de «nos enfants». Le battage médiatique est permanent. La société s'installe dans un climat de peur permanente. Pour rassurer leurs opinions prises dans le vertige de la peur, les pouvoirs politiques répondent par des actes, souvent à la limite de la légalité, pendant que ceux qui aspirent à la conquête du pouvoir, estiment que ces réponses sont insuffisantes. A l'approche d'échéances électorales, les actes et discours politiques redoublent, dans une enchère, immorale, de férocité et de violence.

 Les médias, pour des raisons d'audimat, s'y accrochent et amplifient parfois le discours avec une irresponsabilité inouïe. Heureusement que l'Europe dispose encore de bastions de résistance à cette fuite en avant de la classe politique dans son incapacité à répondre aux véritables problèmes économiques et sociaux que vivent leurs sociétés. Angoisses légitimes des populations face à la crise multidimensionnelle, fruit de l'ultralibéralisme et d'une mondialisation économique incontrôlable.

 Cette résistance se manifeste dans la société civile organisée (le monde associatif) et dans un autre temple du savoir, qui fait honneur à sa tradition : les universités. Oui, régulièrement, chaque jour, en France, en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, au Canada, aux USA et ailleurs, des chercheurs, philosophes, écrivains, étudiants, journalistes, artistes
… se rencontrent dans les universités, les sièges d'associations civiles, ils débattent et discutent des questions de l'immigration, de la présence musulmane, des minorités ethniques, religieuses, culturelles… exclues de la scène publique. Ce vaste mouvement «averti» active, bouge et prend des risques sans être… médiatisé, encouragé. Sans bénéficier de l'intérêt des médias, en particulier ceux dits «lourds». Ce boycott par les médias n'entame en rien la résistance de ce monde intense et foisonnant. Et pas seulement le boycott par les médias, puisque très rares sont les hommes politiques au pouvoir ou dans l'opposition qui y participent. L'un ne va pas sans l'autre : caméras de télé et personnages politiques en quête de promotion. C'est que ce monde du savoir et de la citoyenneté responsable qui échappe aux manipulations politiciennes promeut un discours différent. Il démontre l'absurdité du discours politique ambiant et replace les urgences de la modernité dans le contexte de la mondialisation envahissante (et inévitable à long terme). Il construit les paradigmes nouveaux et futurs d'interprétation de la démocratie, de la légalité, de l'égalité, de la justice de la… liberté. C'est un combat permanent contre le révisionnisme et les dangers de la soif du pouvoir pour le pouvoir. C'est un combat qui s'inscrit dans le sens du mouvement de l'histoire. Qui n'a pas remarqué que depuis que le président américain, Barack Obama, a décidé d'ouvrir le dialogue avec le monde musulman (discours du Caire, juin 2009), depuis son vœu de promouvoir le dialogue des civilisations contre celui de leur affrontement, depuis ses tentatives au profit d'une concertation multilatérale sur les grandes questions du monde contre l'unilatéralisme de son prédécesseur George Bush, l'Europe politique se recroqueville, se crispe et remet au goût du jour les questions identitaires, l'immigration. Dans la lancée, elle abandonne, peu à peu, sa solidarité sur le terrain aux Américains dans leur engagement contre les talibans d'Afghanistan. «Obama veut s'ouvrir au monde musulman, cela ne nous arrange pas, nous, Européens. L'islam nous fait peur» c'est le message du monde politique européen à Obama. Et Tout ce débat sur l'islam en Europe est porté sur la scène publique par une majorité de «spécialistes» qui ignore non seulement la très grande complexité et intensité du message coranique, mais ignore jusqu'à la culture, les us et coutumes du monde musulman, ignore l'histoire du monde musulman et son rapport et apport à la civilisation universelle.

Source : http://www.lequotidien-oran.com

Tags : islam Europe
Category : ISLAM ET OCCIDENT - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |