L’indifférence - une caractéristique des relations entre les élus et la population juvénile- Le fossé ne cesse d’être entretenu par les autorités locales. » terres d'islam | Bloguez.com

 L’indifférence - une caractéristique des relations entre les élus et la population juvénile- Le fossé ne cesse d’être entretenu par les autorités locales.

19/4/2010

 

Souk-AhrasL’indifférence - une caractéristique des relations entre les élus et la population juvénile- Le fossé ne cesse d’être entretenu par les autorités locales.

20-03-2010

Par Rachida Merkouche

Les élus ne se pressent pas vers leurs administrés, notamment vers la population jeune. Ils s’en détournent et celle-ci le leur rend bien. Le manque de conviction des jeunes quant à la motivation du maire et de ses collaborateurs à leur endroit est proportionnel au détachement, voire à l’indifférence de ces derniers envers cette catégorie de citoyens aussi vulnérable qu’intrépide. Autant dire que les uns et les autres se tournent le dos, mais la cause de cette bouderie se trouve incontestablement chez les locataires des APC dont une bonne partie oublie vite ses électeurs, surtout la population juvénile dont ils ignorent totalement les besoins et les aspirations. «Les sentiments sont partagés, relève Reda, 19 ans, en première année de ‘’lettres’’. Nous n’avons rien à avoir avec eux ni eux avec nous.» Une sentence qui résume l’état des relations entre les élus et les jeunes, des relations qui risquent de ne pas s’améliorer si les gestionnaires des communes continuent à afficher leur superbe tout en manquant d’initiatives et d’actions particulièrement à l’égard de cette frange. Lamia, étudiante de 20 ans, estime que sa génération n’a «aucun motif de vouloir rencontrer le maire. Nous ne cherchons ni à avoir un logement, ni le réaménagement des routes, ni aucune autre commodité». Ce que réfute Amina, 22 ans, qui déplore le fait que ni les édiles ni leurs assistants ne se mêlent aux citoyens. «Il est normal que je ne connaisse pas les élus de ma commune puisque je ne peux pas les rencontrer dans la rue. Ils ne se montrent pas, ils vivent entre eux. C’est un comportement que je trouve inconcevable, étant donné que ces derniers doivent être connus des citoyens. Ils doivent faire des tournées dans leur municipalité et voir ce qui s’y passe.» Un avis vraisemblablement partagé par tous les jeunes, comme le pense Yassine, un jeune employé de 26 ans : «Un élu, particulièrement le maire, doit toujours être en contact avec les citoyens. Il doit s’informer sur leur situation et savoir s’ils sont satisfaits de certains aspects de leur quotidien tels que l’accès aux soins, l’état des routes… Sa mission est de réagir rapidement et de satisfaire leurs doléances.» Pour Fateh, lycéen en classe  terminale, «un président d’APC doit être connu. Il doit être visible et ne pas être arrogant comme le sont les occupants des mairies, et tout savoir des problèmes de ses administrés. Il doit demander leur avis et les associer aux prises de décisions qui les concernent directement, et s’intéresser particulièrement à nous à travers la réalisation de structures telles que les maisons des jeunes, les bibliothèques, les salles de sport et de musique». Entre ce qui est et ce qui doit être, le fossé ne cesse d’être entretenu par ceux qui sont mandatés par les citoyens et ces derniers le constatent chaque jour. En particulier les jeunes qui semblent définitivement fâchés avec les élus. A moins que ces derniers se ressaisissent et s’occupent de cette catégorie de la population qui représente l’avenir du pays.

Source : http://www.latribune-online.com  

Tags : maire Algerie
Category : ALGERIE / POLITIQUE - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |