Ce que veut faire l'OTAN en Afghanistan » terres d'islam | Bloguez.com

 Ce que veut faire l'OTAN en Afghanistan

16/7/2010

 

AfghanistanCe que veut faire l'OTAN en Afghanistan

Par Notre Envoyée Spéciale A Bruxelles: Ghania Oukazi

«Nous resterons en Afghanistan jusqu'à ce que le travail soit terminé », a martelé le secrétaire général de l'Organisation de l'Alliance Atlantique Nord (OTAN) devant un parterre de journalistes issus du monde arabe.

« Nous ne parlons pas de stratégie de sortie de ce pays parce que nous resterons en Afghanistan jusqu'à ce que le travail soit terminé», a tenu à affirmer le secrétaire général de l'OTAN, lundi dernier à Bruxelles, aux journalistes venus, pour les uns, des pays du Dialogue Méditerranéen (PDM) et pour d'autres, des pays de l'Initiative de coopération d'Istanbul (PICI). Ils ont été une douzaine de journalistes à avoir été invités au quartier général de l'OTAN, à Bruxelles, pour une première rencontre avec Anders Fogh Rasmussen, le secrétaire général de l'Alliance qui a succédé, depuis le 1er août 2009, à Jaap De Hoop Scheffer. Beaucoup de leurs questions portaient sur la situation catastrophique qui prévaut en Afghanistan. Et cette affirmation du SG de l'OTAN se voulait comme une sentence aux rumeurs qu'a générées le remplacement à la tête du commandement des forces de l'Alliance déployées en Afghanistan. Le changement est américain mais la réaction, Rasmussen la veut «atlantiste» pour, pense-t-il, lever toute équivoque sur un hypothétique changement en Afghanistan.

 Accusé d'avoir attenté à la politique de l'administration américaine parce qu'il a estimé que cette dernière faisait fausse route, le commandant américain des forces atlantistes a été remplacé par son compatriote qui dirigeait les forces américaines en Irak.

 «Nous ne tolérerons pas que les Talibans reviennent au pouvoir. Les Afghans peuvent être rassurés», a souligné Rasmussen qui refuse, comme tous les Atlantistes, de reconnaître que c'est sous une forte impulsion américaine que l'OTAN se trouve coincée dans une guerre sans issue en Afghanistan. «Evidemment, nous n'allons pas rester ad vitam eternem, nous devons rétrocéder les pouvoirs aux Afghans. Mais il ne faut pas que ce soit d'une manière prématurée, parce que le pays deviendrait un refuge terroriste qui frapperait l'Asie centrale, le Pakistan étant une puissance nucléaire, il serait dangereux de le déstabiliser», tente-t-il de rassurer. Quoique, en précisant cet aspect des choses, l'ancien premier ministre du Danemark qu'est l'actuel SG de l'OTAN ait quelque peu dévoilé la stratégie atlantiste qui pousse à faire participer les pays de la région dans le règlement du conflit afghan. Un conflit qui, si l'Amérique de Bush d'alors n'avait pas décidé de pénétrer l'Afghanistan sous prétexte de lutte contre le terrorisme, aurait peut-être trouvé son épilogue sans trop de drames humains comme c'est le cas avec la présence imposée de l'OTAN. Le mois de juin a été particulièrement meurtrier, notamment pour des populations civiles, cible privilégiée dans les folles histoires de dégâts collatéraux que les Etats-Unis mettent en avant pour expliquer les effroyables bavures militaires. Après avoir accepté d'être entraînés par les Américains dans une guerre inutile et sans fin, les pays membres de l'Alliance peinent aujourd'hui à se trouver une sortie «honorable» du bourbier dans lequel ils pataugent en Afghanistan. «L'image de l'OTAN n'est pas aussi mauvaise que ça au sein de l'opinion publique. C'est une minorité qui appelle les Talibans à revenir au pouvoir», se persuade Rasmussen. Il s'étalera sur ce qu'il a qualifié «d'indicateurs de progrès» pour démontrer l'efficacité «agissante» des forces de l'OTAN en Afghanistan. Il s'agit, selon lui, «des bonnes performances» atteintes en matière de formation des agents de sécurité afghans (tous corps confondus), de l'alphabétisation des populations, de l'aide humanitaire, du retour des réfugiés afghans chez eux
…

L'appel atlantiste pressant aux pays musulmans

Les nombreuses pertes de vies humaines enregistrées quotidiennement depuis que les forces atlantistes se sont installées en Afghanistan n'émeuvent pas les puissants
de ce monde. «Nous n'allons pas changer de stratégie, on considère qu'elle est bonne, on va la continuer», se suffit à dire Rasmussen.

 Pour ne pas perdre la face, l'OTAN tente d'opérer des rapprochements quasi contre nature. C'est le cas avec l'Inde et la Chine qui pousse son SG à préciser cependant que «je ne pense pas à une contribution militaire de leur part mais je pense qu'il faut engager un dialogue politique renforcé, il faut qu'on procède à une extension de la consultation vers des pays musulmans, nous en avons besoin.» Ce besoin, Rasmussen l'explique par le fait que «les pays partenaires, en particulier musulmans, peuvent jouer un rôle crucial en Afghanistan parce qu'ils peuvent exploiter leur culture et leur passé politique et religieux pour apporter leur soutien et leur aide aux populations afghanes». Ce rôle qu'il dit «essentiel», il l'appelle «interopérabilité» dans le cadre d'un partenariat qu'il veut «soutenu». Il tient à ce que ce partenariat atlantiste évolue le plus rapidement possible avec les pays du Dialogue méditerranéen (DM) (dont l'Algérie depuis 2001) et ceux de l'Initiative d'Istanbul (ICI). Engagé respectivement en 1994 et en 2004, ce dialogue, Rasmussen dit en faire «une de mes premières priorités». A cet effet, il affirme avoir organisé des rencontres avec les responsables des pays de l'ICI et «mercredi (hier ndrl), je me réunirai avec les représentants des pays du DM selon le même format». «Ces rencontres m'ont donné l'occasion de réfléchir à la manière avec laquelle nous pouvons élargir ce partenariat aussi crucial», a-t-il dit. Pour lui, s'il est crucial, ce partenariat l'est pour trois raisons, dit-il : «Nous sommes confrontés aux mêmes défis sécuritaires (terrorisme, prolifération des armes de destruction massive, piraterie), on peut y faire face ensemble dans un esprit de coopération. Nous avons besoin de ces partenariats par rapport à nos opérations de maintien de la sécurité, nous avons besoin que ces pays contribuent dans la formation et l'entraînement des soldats et de la police. De même, qu'ils peuvent contribuer dans la construction du pays, du développement civil (assistance humanitaire). Enfin, la dimension politique que nous voulons donner à ce partenariat à travers une consultation la plus large à propos de l'Afghanistan, une dimension qu'il faut développer plus à l'avenir».

 Rasmussen n'aura de cesse de répéter que le changement du commandement à la tête des forces atlantistes stationnées en Afghanistan n'aura pas d'impact sur la stratégie de l'Alliance qu'il préside. Mais il se fait une obligation impérative d'appeler les pays musulmans à rallier la cause du «front atlantiste» en Afghanistan, et ce en s'impliquant «physiquement et matériellement» dans le règlement du conflit. Ce qui ne peut être traduit autrement que par le fait que l'OTAN est prise «jusqu'au cou» dans une région qu'elle peine à pacifier en s'entêtant à lui trouver à ses problèmes une issue militaire et non politique et strictement afghane comme l'exige la réalité du terrain.

Les faux-fuyants des Atlantistes

Coincée dans un cercle vicieux qui la renvoie quotidiennement à l'étroitesse de la solution (militaire) qu'elle prône par rapport à la largesse (politique) du problème, l'OTAN se veut être soutenue par une épaule «musulmane» qui lui ferait croire qu'elle fait dans le vrai en Afghanistan. «Ce n'est pas une guerre de religion, il s'agit de lutter contre le terrorisme. Les pays musulmans sont sensibles à ces questions politiques et religieuses», estime simplement Rasmussen.

 Et bien qu'il fasse du maintien de la même stratégie d'intervention «une raison d'être», il parlera longuement du «nouveau concept stratégique» que l'OTAN compte adopter lors du sommet de ses chefs d'Etat prévu en nombre prochain à Lisbonne après sa présentation en Conseil en septembre prochain. Pour rappel, un groupe d'experts dirigé par l'Américaine Madeleine Albright a présenté, en mai passé, un rapport dans lequel il développe ce concept tant recherché par les Atlantistes. Un concept que Rasmussen veut construit sur de «nouveaux éléments», à savoir, dit-il, «la coopération sécuritaire avec nos partenaires à laquelle nous donnons une place de choix dans nos politiques sur ce sujet, la mise en œuvre d'une approche globale qui va au-delà de l'approche militaire et le développement d'un système de défense contre les missiles balistiques pour faire face aux nouvelles menaces».

 L'Iran est tout de suite évoqué quand il s'agit pour les Occidentaux de parler de «nouvelles menaces» ou de «missiles balistiques» parce que, disent-ils, «il a violé les traités dont il est signataire». Ils pensent par contre que n'étant pas signataire de ces traités, Israël ne doit leur rendre aucun compte. C'est probablement pour les sensibiliser davantage contre l'Iran que les premières sorties de Rasmussen ont été dans deux pays arabes, les Emirats et la Jordanie.

 Interrogé sur l'attitude passive de l'OTAN face à l'attaque d'un de ses membres - la Turquie - par Israël, Rasmussen a rappelé qu'«après ces incidents très regrettables en Méditerranée, j'ai rédigé une déclaration dans laquelle nous condamnons très vivement la perte de vies humaines». Serait-il possible de penser qu'un jour, l'OTAN fera valoir l'article 5 de son traité (toute attaque contre un de ses membres est comptée comme une attaque contre l'ensemble de ses membres) pour remettre en place Israël ? Rires nerveux de ses responsables.

 Le SG de l'OTAN a déclaré aux journalistes arabes qu'après l'attaque meurtrière d'Israël contre la flottille de la liberté dirigée par la Turquie pour la levée du blocus contre Ghaza, il avait exigé la constitution d'une commission d'enquête internationale indépendante. Il s'abstiendra de noter que sa requête a été rejetée par Israël. «Même celle exprimée par le SG de l'ONU a été rejetée», s'amusent à rappeler ses subalternes au quartier général de l'Alliance à Bruxelles.

Source : http://www.lequotidien-oran.com

Category : AFGHANISTAN - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |