Un maire au dessus de la mêlée » terres d'islam | Bloguez.com

 Un maire au dessus de la mêlée

5/8/2010

Un maire au dessus de la mêlée

Par Mohammed Beghdad.

 En surfant sur Internet un jour du mois de mai dernier (1), je tombe hasardement sur une information invraisemblable qui rapporte un fait inédit, unique en son genre dans les annales de nos mœurs communales, en tous les cas une performance rarissime par les temps qui courent où l'opacité règne continuellement en maîtresse des lieux.

Elle est digne de figurer dans le Guinness Book Algérien. Cette information aurait pu constituer la une du journal télévisé de 20 heures, une émission en prime time ou pourquoi pas un direct des médias sur les lieux de l'exclusivité. Je n'ai vu malheureusement la moindre ligne sur cette originalité dans un de nos quotidiens nationaux.

En poussant un peu plus loin ma curiosité et en fouillant davantage tout en me dirigeant sur un site web de la ville en question (2), ma curiosité ne cessait de s'amplifier. Voilà ce qui est annoncé au public de la ville concernant cette fameuse réunion: « Bonjour, une rencontre avec la population de la ville sera organisée par les membres de l'APC pour y présenter le bilan des réalisations depuis l'élection de Novembre 2007 à ce jour et répondre à certaines préoccupations des citoyens. Ce meeting aura lieu le Vendredi 14 Mai dans la grande salle de la maison de la culture à partir de 9H du matin ….. ».

Eh oui ! Parler d'un événement, c'en est vraiment un ! Et pour cause, un maire qui avec son équipe convie la population dont il préside les destinées depuis les dernières élections municipales à un débat venue d'ailleurs, pour arborer son premier bilan après deux années et demie d'exercice dans cette fonction d'élu.

Ce maire n'est pas celui d'Alger, d'Oran, de Constantine, de Relizane ou d'Ouled Sidi Mihoub, mais celui d'une petite ville balnéaire à une centaine de kilomètres d'Alger. Il ne s'agit nullement là d'en faire une quelconque publicité à l'intéressé ou un début de campagne aux prochaines élections. L'objectif essentiel de ce papier est d'en faire du modèle un plagiat à volonté. Sans doute qu'il existe de nombreux maires qui sont animés de la même détermination.

UN ÉLU QUI OSE !

Ce maire de couleur indépendante a osé là où des milliers d'élus ont échoué. La probable raison, il n'a certainement aucun calcul politique ni contrainte partisane qui l'alourdit. Il est libre de ses mouvements et autonomes dans ces prises de décisions internes. Il n'a de compte à rendre qu'à la population qui l'a portée à la tête de la municipalité. Il a donc l'obligation de se remettre en question à tout moment et sans réserve aux citoyens de la ville qu'il dirige que ce soient ceux qui lui ont donné leur voix ou le reste des citoyens qu'il souhaite légitimement les séduire. Certes la réglementation permet la présence, en tant qu'observateurs, des citadins aux différentes délibérations des APC. Cependant, il faut ramer pour deviner les lieux et les horaires lorsque ce ne sont pas les élus eux-mêmes qui sont éliminés abusivement par le premier responsable de l'assemblée. Par ce geste de transparence à recommander profusément, il vient de donner avec son équipe l'occasion aux électeurs de lui brandir un carton rouge, vert ou orangé, une motion de censure ou de confiance. Et c'est tout à son honneur pour cette confrontation manifeste des idées. Affronter les votants n'est pas une chose aisée car ce genre de rencontres n'est pas totalement ancré dans nos traditions municipales.    Mais c'est un début à ovationner fortement de toutes nos mains. Un rayon de soleil dans un ciel brumeux. C'est une expérience à tenter dans tous les rouages de la république. Et c'est un passage obligé vers les cimes de la modernité et de ma prospérité.

Au départ, il se peut, par inexpérience, qu'il y ait des excès de langage de la part de ses vis-à-vis. Par l'apprentissage, tout le monde saura s'exercer, apprendre et perpétuer la tradition dans le temps. Il faut un début à un rien.

En parcourant le site dédié à la ville, dans la rubrique du forum de discussions, chacun y va de ses critiques. Il y a les pours et les sceptiques. Et c'est tout à fait normal lorsque le débat est entrouvert. On ne peut rien espérer d'une discussion unidirectionnelle et unilatérale. Un internaute a noté qu'il n'a jamais entendu parler de pareil cas depuis que l'Algérie est indépendante. Un autre estime qu'ils se moquent de nous, ils sont élus depuis 3 ans et ce n'est que maintenant qu'ils adoptent une telle initiative. D'autant vrai que la quasi-majorité de nos élus ne se montrent qu'en périodes électorales, très rarement au milieu ni durant tout leur mandat. Cet internaute rajoute que ces délégués préparent un second mandat et tout cela n'est fait que pour jeter de la poudre aux yeux des citoyens.

Vous allez me dire que cela est logique lorsqu'on parcourt un désert et puis subitement on aperçoit au loin un petit point d'eau au milieu du mirage. Tout le monde y va se désaltérer en abondance. Il n'y a aucune retenue ni de caresses dans le sens du poil.

Au nord de la méditerranée, cet acte est tout à fait normal et c'est devenu même banal dans une démocratie où tout transite par les urnes. La désignation n'a aucune chance d'exister pour les postes d'élus. De surcroît et à titre de comparaison, la démocratisation est élargie même aux postes de responsabilités telles que recteurs et doyens dans une université.

À QUI LE TOUR ?

Le Maire de cette cité côtière vient de montrer la voie aux autres milliers et demi de maires d'agglomérations du pays. A qui le tour ? Il est le premier, nous souhaitons qu'il ne soit pas le dernier.

 A-t-il ouvert la boîte de pandore ou une tradition républicaine à encourager par tous les moyens ? Présenter son bilan, même s'il est déficitaire, ce qui est le cas non avoué d'une grande majorité de nos APC, est une tâche audacieuse qui mérite tous les soutiens, toutes les flatteries et pourquoi pas des compliments . C'est une pratique louable qui doit être institutionnalisée.

Ce président d'APC n'a donc pas eu peur du duel face à la population. Il n'a pas l'intention de lui cacher quoi que ce soit, ni se dérober devant ses responsabilités. Il semble vouloir servir sa ville dans la clarté. Rien que pour cette ambition, il doit mériter tous les égards, en un mot il est proche d'une distinction.

Les présents à la réunion communale ont approuvé son bilan, pourtant négatif, parce qu'il vient de la réalité et non de la rhétorique des chiffres. Il a fait ce qu'il a pu et la population le saisit bien et lui donne rendez-vous pour un autre bilan qu'ils espèrent dans leur for intérieur positif la fois prochaine. Cela ne doit pas être qu'un préliminaire, d'autres promesses doivent suivre dans la feuille de route qu'il vient de tracer.

Ce maire doit être contemporain dans sa gestion et on ne peut pas tout accomplir lorsqu'on sort du néant. Je ne pense pas qu'un conseiller municipal incompétent et corrompu peut-il avoir le culot de se présenter en face et humer la population. Il ne sera en aucun cas dispensé. Il serait exténué par les mots cruels qu'ils lui seront lancés à son effigie. Il ne peut pas tenir plus de cinq minutes de discours sans qu'il ne soit éjecté. Fantasmons que tous les maires d'Algérie soient contraints par la loi d'exposer et de soumettre leurs bilans à la population par rapport aux programmes sur lesquels ils ont été « élus » ou devant ceux qu'ils les ont désignés. C'est sûr que si l'on ne possède par certaines compétences et faire valoir des capacités de gestion avérées, on ne risque pas de se présenter de cette façon décontractée et d'insouciance face aux hommes et à Dieu. Les candidats aux postes tourneront plus d'une fois leur langue avant de tenter de déambuler devant les électeurs ou de les narguer. C'est un véritable sermon auquel ils seront soumis. Ils ne vont plus aller à la pêche comme la plupart le font actuellement.

Présumons que cette expérience soit transposée, par bonheur du pays, un peu partout dans tous les usages. Rendre la crédibilité des structures étatiques, signifie travailler dans la limpidité et l'illumination en rendant surtout des comptes à l'Algérie, très loin des zones obscures et tortueuses. Et c'est tout le mal que l'on souhaite au pays.

Références:

1- http://www.tsa-algerie.com/politique/experience-democratique-inedite-l-equipe_10742.html (consulté le 16 mai 2010)

2- http://forum.dellysnet.org/viewtopic.php?f=10&t=1264 (consulté le 19 mai 2010)


Source : http://www.lequotidien-oran.com

 

Category : DES SOLUTIONS POUR LA JUSTICE ET LE DEVELOPPEMENT EN ALGERIE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |