Lawrence d'Arabie, les wahhabites, et la chute de l'Empire Ottoman » terres d'islam | Bloguez.com

 Lawrence d'Arabie, les wahhabites, et la chute de l'Empire Ottoman

23/8/2010

Lawrence d'Arabie, les wahhabites, et la chute de l'Empire Ottoman

L'archéologue

La culture hittite, peuple de l'Antiquité, intéresse à l'époque des chercheurs anglais. Des temples, des cités et des palais sortent de sous terre grâce aux recherches d'archéologues. Malgré ces découvertes, les chercheurs restent perplexes face à l'écriture hittite. C'est ainsi que le British Musuem organise une expédition pour le village Jerablus (nom ancien pour Carchemish) situé en Syrie près de la frontière turque actuelle.

Lawrence participe à cette expédition en tant que traducteur et expert en céramique. Son diplôme d'archéologie en poche, il retourne en Orient en 1911 pour concrétiser son rêve : trouver des vestiges. Sous la direction de David Hogarth puis de Léonard Wolley, Thomas (Lawrence d'Arabie) participe à cette campagne de fouille jusqu'en 1914 où il contribue à mettre à jour un important site hittite. Pourtant les débuts sont décevants mais les fouilles s'avèrent sensationnelles car l'équipe découvre les ruines d'un palais royal et d'un temple. Thomas apprend beaucoup auprès de Léonard Wolley. Aujourd'hui, ces merveilles sont à contempler au musée de la capitale actuelle de la Turquie, Ankara.

Sa maîtrise de langue arabe permet à Lawrence d'être reconnu auprès des populations locales. En plus, cet atout linguistique lui facilite le contact avec les pilleurs de tombe pour troquer. A cette époque, l'achat d'objet volé est monnaie courante pour les chercheurs. Cela s'explique par la bataille que se livrent les plus grands musées de l'Europe pour acquérir les meilleures pièces archéologiques. Thomas permet ainsi, grâce à ce commerce florissant, au musée Ashmolean d'accroître sa collection notamment en objets hittites via les valises diplomatiques.

La réalité politique

Derrière l'archéologie, il y a une face cachée. Il semble que la recherche de fouille soit une couverture dans le but d'espionner. Mais qui et pourquoi?

L'Empire Ottoman et Allemand signent un accord pour la construction d'un chemin de fer en partance de Berlin à destination de Bagdad passant par Istanbul. La construction commence en 1904. Ce projet immense est vu comme une menace pour l'Empire Britannique. En effet, le déplacement des troupes ottomanes est beaucoup plus rapide, ce qui met en danger les colonies anglaises autrement dit les colonies d'Inde et du Golfe Persique. Les fouilles menées à Jérablus (soit Carchemish) seraient un prétexte pour contrôler l'avancée du chemin de fer. A proximité du lieu des recherches, l'Euphrate se profile avec le pont du chemin de fer où les ingénieurs allemands s'attèlent à cette tâche. Londres est régulièrement informé de la progression de l'ouvrage par les chercheurs anglais. Ce projet est une provocation majeure pour l'Empire Britannique. En outre, une voie de chemin de fer en partance d'Alep relie Médine. Ce qui permet à l'Empire Ottoman de déposer plus rapidement leur troupe à la frontière Sud de l'Empire. Cette voie est une fois de plus une menace pour le Canal de Suez ainsi que pour l'Egypte sous le mandat de l'Empire Britannique. Le Canal de Suez est stratégique pour l'Empire Britannique. Au bord du Canal, on aperçoit les frontières du Sinaï. Le Sinaï est donc le lieu de déploiement des troupes ottomanes en cas de conflit. Or cette zone géographique stratégique n'est pas cartographiée. Il est ainsi décidé d'envoyer une mission urgente.

Lawrence et Wolley sont chargés de réaliser un recensement archéologique du Sinaï Nord. Ils ne prennent pas tout de suite conscience de l'importance stratégique de leur tâche. Découverte après découverte, ils recensent d'importants sites antiques. Lawrence prend de nombreux clichés de la région. Ils réalisent des cartes et des plans d'une grande précision. Il faut souligner que Lawrence s'est initié à la photographie. Les deux archéologues sont émerveillés par les cités byzantines du 1er siècle après Jésus Christ. Des hommes sont envoyés pour les aider en tant que main d'oeuvre. En fait, ces hommes sont dépêchés pour peaufiner les cartes en prenant des cotes, en y précisant les puits et les passages où peuvent circuler les troupes terrestres véhiculées et les unités motorisées. L'ennemi ottoman ne soupçonne rien et la mission est un succès. Ce travail minutieux est sauvegardé au musée Rockefeller de Jérusalem. Ce travail dans le désert du Neguev est révélateur de l'ambiguïté entre l'archéologie et l'espionnage militaire. Depuis son adolescence, l'archéologie a été une couverture pour Thomas. Cela lui procurait la reconnaissance sociale qu'il lui avait été refusée en tant qu'enfant illégitime. Mais en 1914, le monde des vivants devient une priorité, une réalité au détriment du monde des morts qui attendra.


L'alliance des "arabes" et des britanniques contre l'empire Ottoman

De retour à Carchemish, Lawrence intervient pour empêcher l'irréparable. En effet, les ouvriers arabes du chemin de fer (Berlin-Bagdad) sont mécontents de leur rétribution. Ils en veulent plus mais les allemands restent sourds à leur revendication. La main d'oeuvre arabe des archéologues britanniques sont solidaires envers leurs paires. La tension monte d'un cran lorsqu'un ouvrier arabe est tué par balle. Un ingénieur allemand manque de se faire tuer. Mais Lawrence évite le drame en intervenant. Le Times à Londres fait l'éloge de Lawrence pour son courage.

Six mois plus tard, les deux nations, l'Allemagne et la Grande Bretagne rentrent en guerre. La 1ère guerre mondiale éclate avec d'un côté l'Angleterre, la France et la Russie, et, de d'autre, l'Allemagne, l'Autriche et l'Empire Ottoman. Il semble que le Proche Orient reste hors champs des opérations de guerre. Ce calme est trompeur puisque les chefs des tribus arabes préparent un mouvement de soulèvement contre les occupants ottomans. A sa tête, il y a le chef spirituel des musulmans le shérif Hussein. L'objectif des arabes est de créer un royaume indépendant avec pour capitale Damas. En plus, les ottomans sont déjà sur le front contre les russes et les anglais. Même avec cet avantage, les arabes ne sont pas préparés à une guerre face aux ottomans bien organisés et armés.

Pendant ce temps là, Thomas Edward Lawrence se porte volontaire et il est affecté à l'état major britannique du Caire en 1916. Il est intégré au bureau arabe en tant qu'officier de renseignement. Il est entouré d'un groupe hétéroclite d'archéologues parlant l'arabe. Lawrence est chargé d'analyser certains rapports secrets de l'Empire Ottoman. Pour cela, il interroge des prisonniers arabes enrôlés dans les forces ottomanes et il établit des cartes géographiques. Malheureusement, ses frères Will et Franck tombent en 1915 dans les tranchées du front français.

En 1916, plus précisément en juin, Lawrence est envoyé en mission pour rencontrer les chefs des tribus arabes en vue de relancer la révolte arabe. Lawrence traverse un désert hostile, des montagnes sans noms, des vallées sans route et des étendues sans fin. Il doit rencontrer dans leur campement les chefs du soulèvement. Il cherche une personne charismatique qui pourra être le leader menant la révolte à sa réussite. Fin juin, il parvient au fief de Fayçal, fils de l'émir de la Mecque. Fayçal est l'homme qui portera la révolte arabe. Fayçal est un homme grand, souple et fort pouvant mener la cause arabe à son terme. Cependant l'appât du gain est un bon moyen de mobiliser les autres princes des tribus pour les unifier en une seule armée. Les rivalités entre tribus sont importantes et l'argent est un moyen d'apaiser les esprits. En plus de l'argent apporté par les anglais, ils apportent des armes, des provisions et des équipements militaires. Il est important pour les anglais que l'armée arabe puisse rivaliser avec l'armée ottomane.

En son sein, l'Empire Ottoman a un nouvel ennemi à combattre. Lawrence échange ainsi ses outils d'archéologue contre des armes. Lawrence accepte de porter la tunique blanche d'un shérif offert par les arabes en signe d'une grande et forte amitié. Le combat de la libération de l'Arabie peut commencer. Les ottomans doivent être repoussés vers le nord. Lawrence veut défier les éléments en passant par le désert impitoyable du Nefud. L'objectif est de s'emparer de la ville portuaire bordant la Mer Rouge : Aqaba. Lawrence veut jouer sur l'effet de surprise car les ottomans ne s'attendent pas à une attaque vers l'intérieur. Cette périlleuse entreprise est risquée et manque d'échouer lors d'une dispute entre tribus arabes où un homme est tué. Pour calmer les esprits, Lawrence est obligé d'exécuter l'assassin et sauve ainsi l'expédition. A Aqaba, les ottomans dirigent leurs canons vers la mer car ils pensent que les anglais attaqueront par la voie maritime. Or le danger est ailleurs, il vient du désert. Le 12 juin 1917, au matin, les arabes prennent d'assaut la ville d'Aqaba. Pris de cours, les ottomans rendent les armes. Le plan ambitieux est un succès triomphal. Aqaba peut maintenant être une ville stratégique de ravitaillement pour la poursuite de la lutte.

Lawrence obtient grâce à la prise d'Aqaba le soutien total des généraux du Caire. Ce n'est cependant que le début de la guerre. Les ottomans utilisent le chemin de fer pour transporter soldats et munitions. Le réseau ferroviaire comprend plus de mille kilomètre. Cela est une bonne occasion pour harceler les ottomans en sabotant les voies ferrées grâce à l'utilisation de la dynamite. La stratégie militaire consiste pour les troupes arabes à apparaître comme un mirage, à agir en un éclair et disparaître aussitôt. Cette stratégie d'harcèlement et de guérilla est la bonne méthode car les ottomans sont débordés et leur ravitaillement pose de sérieux problèmes.

 

Les bédouins appellent Lawrence, Al Lawrence. Deux mois après la prise d'Aqaba, les troupes arabes progressent jusqu'au nord de la Jordanie. Le rêve d'un royaume arabe se rapproche. Al Azrak devient le quartier général des arabes. Lawrence qui se bat pour la nation arabe reçoit un message annonçant un accord entre l'Angleterre et la France. Cet accord stipule que les deux nations se partageront l'Empire Ottoman du Moyen Orient et par conséquent l'Arabie indépendante n'est plus d'actualité. Lawrence ne dit rien aux arabes par loyauté envers sa patrie. La lutte doit pourtant se poursuivre. Lawrence part à Déra, ville de la Syrie actuelle près de la frontière de la Jordanie. Durant la 1ère guerre mondiale, Déra est le point de jonction du système de transport de l'armée ottomane. Lawrence effectue une mission de recherche de renseignement sur le terrain. Lawrence est pris en flagrant délit. Il est ainsi arrêté et mené devant le commandant de la ville. Les ottomans ne se rendent pas compte qu'il s'agit de Lawrence où pèse une forte récompense pour sa tête. Au contraire, ils pensent qu'il est un déserteur. Il est battu et violé par les ottomans. Il est jeté au cachot mais un des soldats lui fait comprendre que la porte restera ouverte. Le mobile de ce valeureux soldat reste un mystère. Lawrence peut ainsi s'échapper. Ce drame bouleverse sérieusement Lawrence. Ce dernier sera rongé par la honte et le dégoût. Il évite tout contact physique depuis ce drame à Déra. Malgré ses angoisses, il les refoule pour poursuivre son combat avec les arabes.

Jérusalem, ville sainte des trois religions monothéistes, est libérée par l'armée britannique au mois de décembre de l'année 1917. Cette victoire est décisive et toute symbolique. Lawrence est présent pour participer à la cérémonie en uniforme de soldat britannique. Les britanniques sont accueillis par la population comme des sauveurs. Moins d'une année s'écoule lorsque la ville de Damas est à portée. Damas, dite la riche, est libérée le 1er octobre 1918 où les troupes arabes et britanniques paradent côte à côte. Tandis que le rêve politique des arabes semble se profiler, le jour que Thomas redoute tant arrive. Les négociations se dérouleront autour d'une table où les chefs des tribus arabes n'auront aucun poids et influence.

En Europe, la guerre se termine aussi. Les vainqueurs et les vaincus se réunissent pour signer un traité. Il s'agit du fameux traité de Versailles du 28 juin 1919. Les vainqueurs, la France et l'Angleterre se partagent le Moyen-Orient et le Proche-Orient. La France récupère la Syrie et le Liban tandis que l'Angleterre s'octroie la Jordanie, l'Irak et la Palestine. Les deux empires coloniaux définissent les frontières de ces pays qui sont toujours quasiment vraies aujourd'hui. Thomas participe au traité avec Fayçal. Son rôle est de conseiller et de servir d'interprète. Malheureusement, ces deux compagnons n'ont aucun pouvoir d'influence. Ce qui affecte leur amitié définitivement. Thomas a choisi son camps sa patrie bien aimée l'Angleterre. Il a abusé des idéaux des arabes et il a abusé de leur confiance pour sauvegarder les intérêts de la Grande Bretagne.

http://www.al-lawrence.info/index.html

Category : HISTOIRE DES MUSULMANS | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |