Adoption d’une résolution onusienne réaffirmant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination. » terres d'islam | Bloguez.com

 Adoption d’une résolution onusienne réaffirmant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

13/10/2010

Adoption d’une résolution onusienne réaffirmant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

13-10-2010

Par Ghada Hamrouche

Comme attendu, la quatrième Commission de l’assemblée générale des Nations unies chargée de la décolonisation a adopté à l’unanimité, lundi à New York, une résolution qui réaffirme le droit du peuple sahraoui  à l’autodétermination et à l’indépendance. 
Une résolution qui rejette, par ricochet, l’occupation illégale du Sahara occidental par le Maroc. Suite à cette résolution, le ministre des Affaires étrangères de la République sahraouie, M. Mohamed Salem Ould Salek, s’est félicité de l’adoption de cette résolution.  
Il soulignera que, durant une semaine, les membres des Nations unies, individuellement ou collectivement, «ont multiplié les appels pour l’exercice du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui ainsi que pour l’organisation du référendum dans les plus brefs délais en vue de mettre fin à l’occupation illégale de notre pays par le Maroc». «Plusieurs pays ont aussi tenu à dénoncer les violations systématiques des droits de l’Homme par l’occupant marocain ainsi que le pillage des ressources naturelles du Sahara occidental», a-t-il encore affirmé. Ainsi, «le gouvernement de la République sahraouie et le Front Polisario se félicitent de cette nouvelle démonstration du consensus international autour du droit du peuple sahraoui à la liberté et l’indépendance en conformité avec la lettre et l’esprit de la résolution 1514(XV) de l’Assemblée générale», a-t-il encore ajouté. Pour lui, «cette résolution intervient au moment où le secrétaire général et son envoyé personnel intensifient leurs efforts pour la poursuite des négociations entre le Front Polisario et le Maroc afin d’arriver à une solution pacifique du conflit qui garantisse le droit inaliénable de notre peuple à l’autodétermination». Ce projet de résolution sera soumis à l’adoption de l’Assemblée générale de l’ONU en décembre prochain.Poursuivant les efforts pour faire valoir
le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, effectuera une tournée dans la région le 18 octobre en cours dans le cadre des efforts des Nations unies en vue de parvenir à un règlement au conflit du Sahara occidental, a indiqué hier le bureau du porte-parole du secrétaire général de l’ONU. M. Christopher Ross mènera, au cours de sa visite dans la région, des consultations avec les parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc, et les Etats voisins, essentiellement l’Algérie et la Mauritanie, et ce, en préalable de la prochaine série de réunions informelles prévues en novembre 2010, précise toujours la même source, reprise par l’agence de presse algérienne (APS). La dernière réunion informelle sur la question du Sahara occidental a eu lieu à New York en février dernier, date à laquelle les parties ont réaffirmé leur engagement à poursuivre leurs négociations dès que possible, ajoute-t-elle. Les discussions informelles ont lieu conformément à la résolution 1871 du Conseil de sécurité, qui a appelé les parties à poursuivre leur dialogue sous les auspices du secrétaire général de l’ONU, sans conditions préalables pour atteindre «une solution politique juste, durable et mutuellement  acceptable qui permettra l’autodétermination du peuple du Sahara occidental», ajoute l’ONU. La Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso) est déployée depuis septembre 1991 afin de surveiller le cessez-le-feu et d´organiser ce référendum, rappelle-t-elle. 

G. H

Source : http://www.latribune-online.com/evenement/41237.html

 

Indépendance du Sahara et menace dAl Qaîda : Les sahraouis clarifient l’équation

 Les festivités commémoratives du 35e anniversaire de la Déclaration de l’unité du peuple sahraoui, qui se sont ouvertes hier à Mijek (territoires libérés), constituent un repère important dans la lutte pour l’autodétermination.

Mijek (Territoires libérés du Sahara occidental).
De notre envoyé spécial

 Le Premier ministre sahraoui, Abdelkader Taleb Omar, qui a présidé les festivités, en l’absence du président Abdelaziz en déplacement au Nigeria, a en tout cas clarifié certains enjeux et pris son peuple et la communauté internationale à témoins.
Son message ? La République sahraouie indépendante n’est et ne sera jamais un repaire pour les terroristes d’Al Qaîda et encore moins une zone de transit pour l’immigration clandestine et le trafic de drogue. La mise au point est aussi claire que l’ont été les accusations marocaines. Le Premier ministre sahraoui avait à cœur de préciser, hier, devant un bataillon de 1200 soldats de la 3e région militaire, que la République sahraouie est soucieuse, au même titre que tous les pays du Maghreb et du Sahel, de lutter contre les fléaux menaçant la stabilité de la région. La preuve ? Le choix de Mijek située à seulement 18 km de la frontière mauritanienne – plaque tournante du trafic en tout genre, de la contrebande et de l’immigration clandestine – est décliné comme un symbole de l’engagement de la RASD à assumer sa part de responsabilité dans la lutte contre ces facteurs qui constituent de potentielles sources de crise dans toute la région. Le geste se veut être, à la fois, un engagement vis-à-vis des pays occidentaux et un défi à la propagande marocaine qui tend à présenter les Sahraouis comme des alliés objectifs d’Al Qaîda.
Or le Premier ministre sahraoui a inversé complètement l’hypothèse en faisant remarquer que le non-règlement du conflit conformément à la légalité internationale est précisément un risque majeur pour la stabilité. «La persistance du conflit retarde forcément la coopération entre les pays du Maghreb dans la lutte contre des fléaux transnationaux, comme la drogue, le terrorisme, et l’immigration clandestine», a–t-il mis déclaré.
Mais pas seulement, puisque «désormais, même les intérêts vitaux des pays européens et du monde sont sérieusement menacés», assènera encore Abdelkader Taleb Omar. Au plan régional, le Premier ministre sahraoui s’est fait fort d’affirmer que «la politique d’expansion marocaine constitue un frein à la construction maghrébine et sape les liens entre les peuples».
C’est pourquoi, il a appelé l’Espagne à assumer sa «responsabilité historique» dans le processus de décolonisation du Sahara et la France à œuvrer au «respect du droit international et des droits de l’homme au Sahara occidental au lieu de saborder les initiatives de ce genre».

Démonstration de force

A l’ONU, le Premier ministre sahraoui lui demande «d’enclencher une dynamique politique pour régler le conflit».  Parce que, le peuple sahraoui, a-t-il observé, n’entend pas rester les bras croisés et se lamenter sur son sort. «Il faut éviter l’irréparable», tonne Abdelkader Taleb Omar dans un message subliminal à une possible reprise des armes, si d’aventure l’autodétermination devenait illusoire dans le cadre de la légalité internationale. Et cette mise en garde aura été le clou de cette démonstration de force hier à Mijek, façon de dire au monde que le peuple sahraoui et son représentant, le Polisario, savent respecter le droit international et la négociation, mais savent également manipuler les armes s’ils y sont obligés.
C’est, en effet, devant une foule nombreuse et survoltée que les différentes unités du bataillon de la 3e région militaire ont paradé sous le regard fier et solennel du Premier ministre de la RASD qui a procédé à la revue des effectifs, debout à bord d’une jeep de l’Armée de libération populaire sahraouie (ALPS). Le commandant en chef de la 3e région militaire, Hamdi Khalil Miara, a annoncé la couleur, dans son allocution, en soulignant que «ses troupes étaient prêtes».
Lui aussi a insisté sur le fait que les unités de l’ALPS luttent sur plusieurs fronts, notamment le trafic de drogue et l’immigration clandestine, confirmant ainsi les engagements politiques de la RASD.
Il a assuré également que ses troupes entretiennent d’«excellents» rapports avec la mission de l’ONU à Mijek et «respectent» le cessez-le-feu depuis sa proclamation. Jusqu’à quand encore ? Les milliers de Sahraouis, dont certains sont venus d’Amérique latine, qui assistaient hier au défilé sous un soleil de plomb, ne se font, certes, pas d’illusions sur le processus politique, mais l’ont crié bruyamment et sans allusions : «Al Maghrib Barra !» (Maroc dehors !) et «La lilhoukm Edhati, Al Istiqlal Ati» (Non à l’autonomie, l’indépendance arrivera !).
A cette ferveur militante, le Premier ministre répondra sagement : «Attendons le 13e congrès du Polisario, l’année prochaine, pour décider de ce que nous allons  faire.»


13-10-2010
EL WATAN

Source : http://elwatan.com/actualite/les-sahraouis-clarifient-l-equation-13-10-2010-94472_109.php

 

 

Category : SAHARA OCCIDENTAL | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |