IL PROPOSE UN PROJET DE 30 MILLIARDS DE DOLLARS QUI CRÉERA 300.000 EMPLOIS - Rockefeller investit le Sud algérien » terres d'islam | Bloguez.com

 IL PROPOSE UN PROJET DE 30 MILLIARDS DE DOLLARS QUI CRÉERA 300.000 EMPLOIS - Rockefeller investit le Sud algérien

8/12/2010

energies renouvelablesIL PROPOSE UN PROJET DE 30 MILLIARDS DE DOLLARS QUI CRÉERA 300.000 EMPLOIS - Rockefeller investit le Sud algérien
07 Décembre 2010

Mel Rockefeller est président du New Rock Group en Californie, aux Etats-Unis, une firme spécialisée dans les énergies renouvelables.
M.Rockefeller a fait partie de la délégation des hommes d’affaires américains qui ont pris part à la première édition annuelle de la Conférence sur l’entrepreneuriat entre les Etats-Unis et le Maghreb, qui a eu lieu la semaine dernière à Alger. C’est l’Algérien Djamel Derradji, un ancien diplomate et président de la Chambre de commerce américano-algérienne, qui l’a convaincu de venir prospecter pour la première fois en Algérie. Et c’est grâce à M.Derradji que le magnat américain a bien voulu répondre à nos questions.

L’Expression: M.Rockefeller, votre nom est associé à l’opulence, à l’argent et au business. On estime que c’est justement pour faire du business que vous êtes ici en Algérie.
M. Rockefeller: Non, pas uniquement pour l’argent. C’est pour construire des ponts entre les deux nations, partager le savoir et les connaissances avec les Algériens. Ainsi, on comprendra mieux les problèmes auxquels le monde fait face et on connaîtra la source de tous ces problèmes que les gouvernements, y compris les USA, ont créés dans le monde. Vous convenez que le problème crucial aujourd’hui, est le terrorisme. Ce fléau mondial tire ses racines de la peur et de la haine diffusées par ceux qui n’ont pas respecté les lois internationales. En fait, l’épicentre du terrorisme n’est pas dans les pays musulmans mais il est bien localisé en Israël.
Il ne faut pas aller par quatre chemins: chaque jour que Dieu fait, des citoyens normaux veulent vivre paisiblement, éduquer leurs enfants, faire profiter leur famille, font le «rêve américain» et regardent les Etats-Unis avec espoir. A travers les principes de ce pays, ils aspirent à une vie meilleure.
Les promesses et les espoirs que suscite le système américain ont été réduits à néant par les relations entre les USA et Israël.
Ces principes ont été bafoués par l’aile droite extrémiste d’Israël et des USA parce qu’ils sont justement connectés à des idées extrémistes. En ce qui me concerne, je dis qu’on peut créer des opportunités et trouver de meilleures solutions pour résoudre les problèmes les plus complexes. Entendons- nous bien, je n’ai rien contre le judaïsme mais je dénonce de toutes mes tripes le sionisme. Les problèmes économiques que subissent actuellement les Etats-Unis d’Amérique sont en réalité une véritable opportunité pour nos vrais partenaires. Ma mission ici en Algérie, est de construire des ponts et tisser des liens entre les peuples séparés par les océans, les mers et par la culture, mais unis par un des meilleurs partages de l’humanité: la paix.

Vous voulez nous faire admettre que vous, Rockefeller, l’argent ne vous intéresse pas? Il nous faut une overdose de naïveté pour y croire.
Je comprends que ma vision des affaires vous surprenne mais elle est indissociable de la communauté. Je ne peux concevoir un business qui ne prenne pas en considération les intérêts de la communauté.
Il faut une vision dans tout ce qu’on entreprend et la mienne dans le business est indissociable de cet impératif de servir la communauté. Toute ma philosophie repose sur l’éthique dans le business. C’est devenu, hélas ! Une denrée rare. Les leaders de nos nations ont perdu ce sens communautaire pour lequel ils ont été pourtant élus. Vous vous étonnez évidemment, du fait que l’argent ne m’intéresse pas en premier, mais l’argent n’est pas tout. Dans ce siècle, l’habilité pour les hommes d’affaires est de ne voir que leur seul intérêt. Je suis contre cette conception. Si on ne voit pas l’intérêt de la communauté, le business ne fonctionnera pas. Voyez ce qui se passe à Wall Street où des fortunes s’effondrent du jour au lendemain comme des châteaux de cartes. Vous savez pourquoi? Parce qu’il n’y a aucune éthique des affaires. Et je vous dirai que Google subira le même sort dans la mesure où il n’y a pas cette éthique.

En quoi consiste exactement votre projet en Algérie, quel sera le coût de l’investissement et combien d’emplois créera-t-il?
Il s’agit de créer des fermes solaires à hydrogène. Le projet s’intitule: Global Renewable Energy Fund (Fonds global d’énergies renouvelables). Il permettra une réduction considérable des émissions de gaz carbonique. Le coût de l’investissement sera de l’ordre de 30 milliards de dollars étalés sur une période de 20 ans. Le fonds sera créé en association avec les producteurs d’hydrocarbures. Nous estimons les revenus entre 400 et 600 milliards de dollars toujours sur la même période de 20 ans et au moins 300.000 emplois seront créés à court terme.
L’avenir n’est plus au pétrole mais aux énergies renouvelables. Et à travers ce projet, on créera des relations dans la région du Maghreb avec les chercheurs leaders et on fera le transfert technologique des USA vers cette région avec comme point de chute, l’Algérie, si elle veut bien nous accorder un point de chute. Nous sommes là pour apporter le savoir-faire américain.

Et quelle sera la plus-value pour l’Algérie?
Transfert de technologie, de savoir-faire et création d’emplois. C’est ce que nous apporterons. Cette région est l’une des plus riches au monde en ressources naturelles. C’est une opportunité pour l’Amérique.
L’économie américaine est au creux de la vague. C’est là une opportunité pour ces régions qui peuvent fournir le renouveau énergétique américain.
Si l’Algérie s’investit dans le marché des énergies renouvelables, actuellement en vogue aux USA, elle gagnera deux choses: elle aura une grande part de ce grand marché mondial car l’avenir appartient à l’hydrogène.
La deuxième chose c’est que les Algériens auront la formation, le savoir-faire et la technicité. Comme on peut également créer des centres de formation dans les grands centres urbains comme Oran, Constantine et Alger. L’hydrogène sera l’énergie principale du XXIe siècle. Durant les derniers siècles, vous avez vendu votre pétrole au prix de gros, sans pour autant avoir une position dominante dans ce marché. Mais pour ce qui est du marché de l’hydrogène, vous pouvez avoir une position de vendeur avec personne comme intermédiaire.

Mais le soleil existe partout dans le monde. Pourquoi un projet spécialement en Algérie?
Selon des recherches très poussées faites par des spécialistes, l’Algérie reçoit 400 jours de soleil par an. Ce qui est exceptionnel dans le monde. En plus de cette raison, c’est grâce à mon ami Djamel Derradji qui m’a convaincu de venir pour la première fois prospecter en Algérie. Par ailleurs, j’ai des rendez-vous pour des projets similaires en Arabie Saoudite, en Jordanie et en Libye où je dois rencontrer le fils d’El Gueddafi.
Actuellement, le marché des énergies renouvelables est évalué à 30 milliards de dollars aux Etats-Unis. En 2020, cette somme sera multipliée par 100. Vous voyez donc combien représente ce marché? La quantité de production d’électricité solaire d’ici à 2020 dépend lourdement de la quantité de financement solaire disponible.
Presque 100 milliards de dollars dans l’investissement privé et le financement solaire seront exigés.

Quels sont les responsables algériens que vous avez rencontrés?
J’ai discuté le projet avec des hommes politiques dont notamment ceux du FLN et j’ai rencontré un ancien ministre des Finances doctorant en économie.
Nous avons discuté de l’environnement économique et de certains cas de fraude fiscale et de corruption. Il m’a expliqué que c’est pour ces raisons que le gouvernement a été obligé de changer certaines lois pour justement protéger l’économie.
Je lui ai dit que la ressource humaine et la formation sont au centre de notre projet. C’est ce qui nous aidera à créer les institutions nécessaires à travers notre modèle-clé de transfert de technologie.

Avez-vous entendu parler du projet Desertec?
Oui, mais ce projet est proposé par les Allemands pour les Allemands.
L’Algérie n’aura aucun contrôle. A mon sens, il n’y a pas de raison pour vous de ne pas contrôler ce projet. C’est votre soleil, et c’est votre énergie. Mon projet est différent de Desertec.
L’Allemagne est aujourd’hui, dans un carrefour comparable à celui de l’Amérique il y a 40 ans. Elle est sous l’emprise des juifs. Ces derniers veulent contrôler le monde à travers l’économie, les médias et la finance.
Ces derniers veulent contrôler les leviers de l’économie allemande qui est la plus forte actuellement en Europe. Alors, accepteriez-vous de donner votre énergie, votre soleil aux juifs?

Avez-vous une idée sur l’environnement économique en Algérie?
Ma société appartient au groupe Rockefeller. Elle permettra de vous donner une position forte dans le marché international et vous connecter dans le domaine de connaissance de mon groupe.
Je vous donne un exemple: l’Université du Roi Abdallah des sciences des technologies est connectée avec l’Institut IC2 (Un institut de transfert de technologie de renommée internationale).
Avec ce projet, IC2 sera ici en Algérie avec un institut pour la formation des cadres algériens dans les énergies renouvelables.

Entretien réalisé par Brahim TAKHEROUBT

Source : http://lexpressiondz.com

Category : ALGERIE / ECONOMIE ET FINANCES - 3 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |