Le secrétaire d’état adjoint à l’économie des Etats-Unis :«Les IDE en Algérie ont besoin d’un cadre juridique transparent et prévisible» » terres d'islam | Bloguez.com

 Le secrétaire d’état adjoint à l’économie des Etats-Unis :«Les IDE en Algérie ont besoin d’un cadre juridique transparent et prévisible»

9/12/2010

Le secrétaire d’état adjoint à l’économie des Etats-Unis :«Les IDE en Algérie ont besoin d’un cadre juridique transparent et prévisible»

04-12-2010

Par Samira Imadalou

Organisée par le département d’Etat et le Conseil des affaires algéro-américain  (US-Algeria Business Council), la  conférence d’Alger sur l’entrepreuneuriat Maghreb-USA s’est achevée jeudi avec l’engagement des parties concernées à promouvoir l’initiative américaine
pour un partenariat nord-africain pour les opportunités économiques (Napeo).Après une série d’entretiens avec les représentants du gouvernement algérien, le secrétaire d’Etat adjoint américain à l’économie, à l’énergie et aux affaires commerciales, M. José Fernandez, a exprimé sa «satisfaction» de ces entretiens notamment en dehors de l’initiative. En matière de coopération algéro–américaine, le responsable américain a abordé avec  les représentants du gouvernement algérien les  moyens d’approfondir les relations commerciales et économiques avec l’Algérie, particulièrement dans le domaine aéronautique et des infrastructures.   «Nous avons discuté de l’intérêt des compagnies américaines pour le  marché algérien et leur désir d’investir en Algérie. Nous avons évoqué en toute  franchise certains obstacles pour le développement des relations économiques  entre nos deux pays. Néanmoins, je suis persuadé que ces relations se développeront,  il n’y a pas de problèmes», a-t-il ajouté.  Il a annoncé, dans ce contexte, la venue prochaine d’une mission économique américaine au  Maghreb pour tisser des relations entre les milieux d’affaires  des deux pays pour développer de nouveaux partenariats.  Concernant les nouvelles mesures d’investissements en Algérie, M. Fernandez estime  qu’il s’agit  «d’une question proprement algérienne». Cependant, il a souligné que «les investissements étrangers en Algérie ont besoin d’un cadre juridique transparent et prévisible».  Concernant Napeo, M. Fernandez dira : «Nous avons eu d’excellentes réunions avec les hauts cadres du gouvernement algérien. Nous sommes encouragés de voir que nous partageons les mêmes objectifs  tels qu’énoncés dans la nouvelle initiative nord-africaine de partenariat (Napeo)»,  a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse, animée à l’issue de la Conférence  Maghreb-USA sur l’entrepreneuriat. Dans ce cadre, le secrétaire américain a affiché l’engagement de son pays à œuvrer pour  la consolidation des acquis de la conférence d’Alger. Et ce, en s’assurant, en collaboration avec les  cinq pays du Maghreb, de la réalisation des objectifs de cette initiative, à savoir l’encouragement de l’entrepreneuriat, la création d’emplois au Maghreb et le  renforcement de la coopération commerciale et économique avec les Etats-Unis. La proposition a même attiré l’intérêt des jeunes  investisseurs venus fort nombreux assister à cette rencontre. Les organisations patronales ont également affiché leur intérêt vis-à-vis de Napeo. De même pour le conseil national consultatif des PME (CNC-PME) Expliquant que l’initiative américaine en faveur des jeunes entrepreneurs maghrébins représente «une nouvelle approche universelle du Small Business Act (SBA), une action  initiée dans les années 1950 en vue de valoriser le tissu américain des PME», le président dudit conseil  appelle les autorités  algériennes à «calquer» localement cette expérience afin de transformer le secteur  national des PME en  «une véritable force de frappe économique». 
Par ailleurs, dans le cadre de la mise en œuvre de cette initiative à laquelle adhère le gouvernement algérien comme l’a souligné le ministre de l’Industrie, M. Mohamed Benmeradi, un accord d’association et de partenariat sera signé le 13 décembre  prochain entre l’école Management Développement International (MDI-Alger) et le programme d’accompagnement de jeunes entrepreneurs (Injaz El Arab) doté, pour rappel, d’un montant de 2,4 millions de dollars pour toucher 700 000 jeunes Arabes, dont 20 000 au Maghreb.
Cet accord porte sur l’accompagnement par Injaz El Arab de la nouvelle académie algérienne d’entrepreneuriat, récemment créée par le MDI-Alger, en matière de management, de marketing et de formation au profit de jeunes entrepreneurs algériens, selon  M. Benabdeslem. Un représentant d’Injaz devrait entamer ses activités dans les prochains jours en Algérie une fois les autorisations nécessaires obtenues auprès des pouvoirs publics.    

S. I.

Signature d’un accord douanier algéro-américain
En vertu d’un accord signé jeudi  dernier à Alger entre les administrations douanières des deux pays, l’Algérie et les Etats-Unis d’Amérique vont renforcer leur coopération douanière.Signé par le DG des Douanes algériennes, M. Mohamed Abdou Bouderbala, et l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger, M. David D. Pearce, en présence du secrétaire d’Etat américain adjoint à l’économie, l’énergie et aux relations commerciales, M. Jose W. Fernandez, cet accord porte sur la prévention, la recherche et la répression des infractions douanières. Cette assistance est élargie aussi à «l’échange de renseignements et d’informations sur les nouveaux modes opératoires de commission d’infractions». Cet accord d’entraide mutuelle porte également sur l’échange d’expérience en matière de pratiques relatives aux procédures douanières, à l’informatisation et à la formation.  

Source : http://www.latribune-online.com

Category : ALGERIE / ECONOMIE ET FINANCES - 3 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |