Les Etats-Unis et ses alliés feront tout pour empêcher l’instauration d’une véritable démocratie dans le monde arabe. » terres d'islam | Bloguez.com

 Les Etats-Unis et ses alliés feront tout pour empêcher l’instauration d’une véritable démocratie dans le monde arabe.

8/6/2011

Les Etats-Unis et ses alliés feront tout pour empêcher l’instauration d’une véritable démocratie dans le monde arabe.

 Par Noam Chomsky

  Les Etats-Unis et ses alliés feront tout pour empêcher l’instauration d’une véritable démocratie dans le monde arabe. La raison en est très simple. Dans toute la région, une majorité écrasante de la population considère que les Etats-Unis sont la principale la menace contre leurs intérêts.

  De fait, l’opposition à la politique U.S. est si forte que l’immense majorité d’entre eux pensent que la région serait plus en sécurité si l’Iran possédait l’arme nucléaire. En Egypte, le pays le plus important, ce taux est de 80 %. Et le pourcentage est pratiquement le même ailleurs.

  Il y en a certains dans la région qui considèrent l’Iran comme une menace – ils sont environ 10 %. Eh bien, il est clair que les Etats-Unis et leurs alliés ne vont pas tolérer que s’installent des gouvernements qui se préoccupent de la volonté du peuple. Si cela devait se réaliser, non seulement les Etats-Unis ne contrôleraient plus la région, mais ils en seraient expulsés. Et donc, c’est de toute évidence un plan intolérable.

  En ce qui concerne WikiLeaks, il y avait un point intéressant là-dessus. Les révélations de WikiLeaks qui ont été le plus médiatisées — gros titres, commentaires euphoriques, etc. — c’est que les Arabes soutiennent la politique US vis-à vis de l’Iran. Mais rien sur l’avis de la population arabe - il ne compte pas.

  Si les dictateurs nous soutiennent et qu’ils contrôlent leurs populations, alors, où est le problème ? C’est comme l’impérialisme. Où est le problème si ça marche ?

  Tant qu’ils peuvent maîtriser les populations, tout va bien. Elles peuvent manifester leur haine, nos sympathiques dictateurs les garderont sous contrôle. Cela, c’est la réaction non pas seulement des services diplomatiques du Département d’état ou des médias qui en ont fait état, mais également du cercle intellectuel en général. Il n’y a aucun commentaire là-dessus. En fait, les médias aux Etats-Unis occultent complètement ces sondages (sur l’opinion des populations, NDT). On trouve ça un peu en Angleterre, mais très peu. Ce que pense la population, on s’en fiche, pourvu qu’elle soit contenue.

  Eh bien, à partir de ces observations, on en déduit assez vite quelles politiques vont être menées. On peut pratiquement les énoncer.

  Et donc, quand il s’agit d’un pays riche en pétrole, avec un dictateur fiable et docile, on le laisse faire ce qu’il veut. L’Arabie Saoudite est le pays plus important de cette catégorie. C’est le centre du fondamentalisme islamique le plus puissant, le plus extrémiste et le plus brutal, des missionnaires qui répandent un islamisme ultra-radical comme les jihadistes et pire encore. Mais ils sont dociles et fiables, ils peuvent faire ce qu’ils veulent.

  Une manifestation était prévue en Arabie Saoudite. La présence policière était si importante et si dissuasive que pratiquement personne n’a eu envie de descendre dans les rues de Riyad. Mais là, il n’y avait rien à redire. Pareil au Kowait. Il y a eu une petite manifestation vite réprimée ; sans commentaire.

  En fait, le cas le plus intéressant, c’est, à bien des égards, celui du Bahreïn. Le Bahreïn est important pour deux raisons. L’une, dont les médias ont parlé, c’est que c’est le port d’attache de la 5° Flotte, force militaire majeure dans la région. L’autre raison, plus fondamentale, c’est que le Bahreïn est à environ 70% à majorité chiite, et il est situé juste de l’autre côté de la chaussée du roi Fahd, pont qui le relie au sud-est de l’Arabie saoudite - qui est également à majorité chiite, et qui se trouve être la région riche en pétrole, tout autour de la partie septentrionale du Golfe. C’est-à-dire, qui englobe l’est de l’Arabie saoudite, le sud de l’Irak et le sud-ouest de l’Iran. Et cela fait longtemps que les stratèges craignent qu’on se dirige vers une sorte d’alliance tacite dans ces régions à majorité chiite qui mènerait à l’indépendance et au contrôle de l’essentiel du pétrole mondial. Ce serait, de toute évidence, intolérable.

  Et donc, pour en revenir à Bahreïn, il y a eu une révolte populaire, des tentes ont été installées sur la place centrale de la ville comme à Place Tahrir. Les forces militaires menées par l’Arabie saoudite ont envahi le Bahreïn, permettant aux forces de sécurité de Bahreïn de réprimer violemment cette révolte, de détruire les camps de tentes et même de détruire le monument central de la place de la Perle, symbole de Bahreïn ; ils ont envahi le complexe hospitalier le plus important, expulsé les patients et les médecins ; ils arrêtent régulièrement, tous les jours, des défenseurs des droits humains, les torturent, ils (les dictateurs, NDT) se font de temps en temps taper sur les doigts, mais rien de bien méchant. C’est comme le principe de Carothers. Si les actions correspondent à nos objectifs stratégiques et économiques, c’est bien. Nous pouvons avoir un discours noble ; mais ce qui compte, ce sont les faits. Eh bien, ceux-là, ce sont les dictateurs dociles des pays riches en pétrole. Et l’Egypte, me direz-vous, pays très important, mais qui n’est pas un centre de production pétrolière majeur ? Eh bien, en Egypte et en Tunisie et dans d’autres pays du même genre, il y a un plan de match, utilisé régulièrement, si couramment qu’il faut être un génie virtuel pour ne pas le remarquer.

  Et quand on a un dictateur privilégié – si vous songez à faire carrière dans le service diplomatique, autant que vous sachiez cela – … quand on a un dictateur privilégié et qu’il rencontre des problèmes, on le soutient le plus longtemps possible, soutien inconditionnel jusqu’au bout. Quand on arrive au point où il n’est plus du tout possible de le soutenir – par exemple, disons, si l’armée ou les milieux d’affaires se retournent contre lui – alors, il faut le faire partir, faire des déclarations fracassantes sur l’amour qu’on porte à la démocratie, puis, chercher à remettre en place l’ancien régime, avec de nouveaux noms, s’il faut. Et c’est ce qui se fait indéfiniment.

  Ca ne marche pas toujours, mais on essaie toujours – Somoza au Nicaragua ; le Shah en Iran ; Marcos aux Philippines ; Duvalier à Haïti ; Chun en Corée du sud ; Mobutu au Congo ; Ceausescu fait partie des favoris occidentaux en Roumanie ; Suharto en Indonésie. C’est la procédure habituelle. Et c’est exactement ce qui se passe en Egypte et en Tunisie.

  Donc, d’accord, on les soutient jusqu’au bout — Moubarak en Egypte, jusqu’à la fin on l’a soutenu. Ca ne marche plus, on l’envoie à Charm el-Cheikh, on sort le discours, et on cherche à restaurer le régime. C’est, d’ailleurs, la raison du conflit actuel. Comme l’a dit Amy, on ne sait pas comment ça va tourner, mais c’est ce qui se passe.

  Et puis, il y a une deuxième catégorie. Cette catégorie c’est celle du dictateur de pays pétrolier en qui on n’a pas confiance, l’électron libre. C’est le cas de la Libye. Et là, la stratégie est différente ; il faut chercher à mettre en place un dictateur plus fiable. Et c’est exactement ce qui se passe actuellement.

Evidemment, il faut faire passer ça pour une intervention humanitaire. C’est un autre principe universel qu’on retrouve pratiquement dans toute l’histoire.

  Pratiquement chaque fois qu’il y a eu recours à la force, quel qu’en ait été l’auteur, il était accompagné du discours le plus noble. Il s’agissait de raisons humanitaires. C’est Hitler qui envahit la Tchécoslovaquie, les fascistes japonais qui dévastent le nord-est de la Chine. C’est Mussolini en Ethiopie. Il n’y a pratiquement aucune exception. Et donc, vous présentez cela et les medias et les commentateurs font semblant de ne pas remarquer qu’il ne contient aucune information, parce que c’est automatique.

  Et donc, mais dans ce cas précis (de la Libye, NDT), ils pourraient ajouter autre chose, qui a été maintes et maintes fois répété dans les médias, à savoir que les Etats-Unis et ses alliés sont intervenus pour répondre à la demande de la Ligue Arabe. Et, évidemment, il faut bien nous faire prendre conscience de l’importance de cette information. Soit dit en passant, la réaction de la Ligue Arabe était mitigée et ils se sont assez vite rétractés parce qu’ils n’étaient pas d’accord avec ce que nous faisions. Mais passons.

  Au même moment, la Ligue Arabe émettait une autre requête. Voici le gros titre d’un journal : "la Ligue Arabe demande une zone d’exclusion aérienne pour Gaza". Il s’agit, en fait du Financial Times de Londres.

Aux Etats-Unis, on n’en a pas parlé. Ou, plutôt, pour être précis, le Washington Times en a parlé, mais en gros, l’information a été bloquée, comme les sondages sur l’opinion publique dans les pays arabes, pas le genre d’information à publier. Et donc, comme "la Ligue Arabe demande une zone d’exclusion aérienne pour Gaza" ne correspond pas à la politique des Etats-Unis, nous ne sommes pas obligés de diffuser cette information, et elle a donc été escamotée.

Maintenant, certains sondages sont publiés. En voici un qui a été publié dans le New York Times il y a deux ou trois jours. Je cite : "Ce sondage montre qu’une majorité d’Egyptiens veulent abroger le traité de paix signé en 1979 avec Israël, et qui a été la pierre angulaire de la politique étrangère de l’Egypte et de la stabilité dans la région". En fait, ce n’est pas tout à fait exact. Il a été la pierre angulaire de l’instabilité dans la région, et c’est justement la raison pour laquelle la population en Egypte veut l’annuler. Cet accord écartait l’Egypte du conflit israélo-arabe. C’est-à-dire qu’il éliminait le seul moyen de dissuasion à l’action militaire d’Israël.

Et il a permis à Israël d’étendre ses opérations—illégales—dans les Territoires Occupés et d’attaquer son voisin du Nord, le Liban. Peu de temps après, Israël attaquait le Liban, tuant 20.000 personnes, détruisait le Sud-Liban, tentait d’imposer un régime client, mais n’y est pas tout à fait parvenu. Et ça a été compris. Et donc, la réaction immédiate au traité de paix, c’est qu’il y a des éléments que nous n’apprécions pas – il va nous falloir abandonner nos colonies dans le Sinaï, le Sinaï égyptien. Mais il y a un bon côté à ça, également, c’est que le seul moyen de dissuasion a disparu maintenant, nous pouvons donc utiliser la force pour réaliser nos autres objectifs. Et c’est exactement ce qui s’est produit. Et c’est exactement la raison pour laquelle la population égyptienne y est opposée. Ils comprennent cela, comme tout le monde dans la région.

  D’un autre côté, le Times ne mentait pas quand il disait que cela avait conduit à la stabilité de la région.

La raison en est que le terme "stabilité" renferme un sens spécifique – un peu comme démocratie. La stabilité signifie « compatibilité avec nos intérêts ». Et donc, par exemple, quand l’Iran essaie d’étendre son influence en Afghanistan et en Irak, ses voisins, on appelle ça "déstabiliser". Cela fait partie de la menace que constitue l’Iran. Cela déstabilise la région.

  En revanche, quand les Etats-Unis envahissent ces pays, les occupent et les détruisent en partie, c’est dans l’idée d’apporter la stabilité. Et cela, c’est très courant – au point qu’on peut écrire – comme l’a fait l’ancien rédacteur en chef de Foreign Affairs— que quand les Etats-Unis ont renversé le gouvernement démocratique chilien et instauré une dictature brutale, c’était parce qu’il fallait que les Etats-Unis déstabilisent le Chili pour apporter la stabilité.

  Eh oui, vous renversez un gouvernement parlementaire, vous y installez une dictature, vous envahissez un pays, et vous tuez 20.000 personnes, vous envahissez l’Irak et vous tuez des centaines de milliers de personnes – tout ça, c’est pour apporter la stabilité. L’instabilité, c’est quand quelqu’un vient se mettre en travers de votre chemin.

  Noam Chomsky

  Source : Democracy Now Noam Chomsky

 

Category : DEMOCRATIE | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |