Le mondialisme en guerre contre le nationalisme » terres d'islam | Bloguez.com

 Le mondialisme en guerre contre le nationalisme

30/8/2012

Le mondialisme en guerre contre le nationalisme

Par Belhaouari Benkhedda *

« Ce sont les folles idées qui bâtissent le monde. » Paul Boudreau

Le 11 septembre 1990, le président George H. W. Bush a prononcé devant le Congrès un discours historique dévoilant une idée qui a été pendant longtemps considérée comme irréaliste : « Nous nous trouvons aujourd'hui à un moment exceptionnel et extraordinaire. La crise dans le golfe Persique, malgré sa gravité, offre une occasion rare de s'orienter vers une période historique de coopération. De cette période difficile, notre cinquième objectif, un nouvel ordre mondial peut voir le jour : une nouvelle ère, moins menacée par la terreur, plus forte dans la recherche de la justice et plus sûre dans la quête de la paix. » Depuis, l'idée d'un nouvel ordre mondial, régi par des lois communes, a été médiatisée. Un projet aussi important ne peut naître du jour au lendemain bien évidement, c'est le fruit des travaux successifs et accumulés de plusieurs hommes de pouvoir qui se sont succédé pendant plusieurs années. Après la destruction des deux tours de Wall Streets, le lendemain du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont estimé qu'il était urgent d'accomplir le projet, ils ont décidé alors de passer la vitesse supérieure. Selon le professeur Pierre Hillard, auteur du livre La marche irrésistible du nouvel ordre mondial paru au éditions François-Xavier de Guibert en 2007, « le but est de créer de grands blocs géoéconomiques standardisés européens, nord-américains, sud-américains, asiatiques, etc. au sein desquels les nations seraient broyées et dont la réunion constituerait l'armature d'une gouvernance mondiale. » Dans le meilleur des mondes qu'on nous promet, la politique mondiale sera approuvée par une Assemblée parlementaire au sein des Nations unies (APNU) (voir le site officiel de l'ONU www.unpacampaign.org). En ce qui concerne le système financier, le FMI a déjà annoncé la monnaie planétaire (le Bancor) qui sera gérée par une Banque centrale mondiale « Reserve accumulation and International Monetary Stability » (voir le rapport du FMI publié le 13 avril 2010). Quant à la sécurité, elle sera assurée par une armée internationale nommée OTAN. Cependant, le projet ne peut pas être concrétisé sans uniformiser les peuples en leur imposant la même culture qui les amène à adopter la même tournure d'esprit favorable au gouvernement mondial.

DES BLOCS CONTINENTAUX SUPRANATIONAUX

Si l'on y réfléchit bien, la lecture du professeur Pierre Hillard est tout à fait cohérente. Une union nord-américaine (UNA) composée du Canada, des États-Unis et du Mexique, sur le modèle de l'Union européenne a fait débat en mars 2005 entre les chefs d'Etat des pays concernés. Les médias américains commencent à parler d'un éventuel référendum ayant pour but la fusion des trois pays. L'Union des nations sud-américaines (Unasur) s'inspire également de l'Union européenne. Elle regroupe douze Etats d'Amérique du Sud, le traité constitutif a été signé le 23 mai 2008. Le continent africain n'a pas échappé non plus au phénomène. L'Union africaine (UA) a été créée en 2002 à Durban en Afrique du Sud, elle aussi est copiée sur le modèle européen. Au Moyen-Orient, le 25 mai 1981, sous la pression des Etats-Unis, le Conseil de coopération du Golfe (GCC) a vu le jour. Il avait pour objectif d'imposer une politique identique aux six monarchies du Golfe : Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie Saoudite et Emirats arabes unis. Le Conseil se rapproche de plus en plus du modèle de l'Union européenne. Dans ce contexte, afin de stopper la progression du projet de l'Empire anglo-saxon, le 4 octobre 2011, le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a exprimé sa volonté de créer une Union eurasiatique supranationale qui serait capable de devenir l'un des pôles les importants au monde. Mais, il n'empêche que ce n'est pas une solution en faveur des Etats. En luttant contre le gouvernement mondial, il ne faut surtout pas dissoudre les Etats dans de grands blocs continentaux, sinon on aboutira au même résultat, la mort de la souveraineté nationale. Pour le moment, l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) créée le 15 juin 2001, regroupant six pays membres (Russie, Chine, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan Ouzbékistan) et quatre pays observateurs (Iran, Inde, Pakistan, Mongolie) reste l'une des rares unions non supranationales qui luttent contre le gouvernement mondial.

L'UNION EUROPEENNE, UN LABORATOIRE D'ESSAIS

En 1998, Roger Garaudy a publié un livre singulier aux éditions Vent du large. L'auteur de « L'Avenir, mode d'emploi » parle, sans aucun embarras, d'une occupation politique de l'Europe : « Depuis l'acceptation du traité de Maastricht (07 février 1992), plus de 70% des décisions politiques fondamentales ne sont plus prises par le Parlement mais par les commissions de technocrates de Bruxelles qui n'ont à répondre devant personne, sauf devant douze premiers ministres se réunissant quelques heures tous les six mois pour entériner des orientations décidant du destin de 340 millions de personnes. » En réalité, Roger Garaudy a tout à fait raison. Rappelons-le, le traité de Lisbonne (13 décembre 2007), passé en France par voie parlementaire et non par référendum, a confirmé la primauté du droit européen sur le droit national. Aujourd'hui, l'Union européenne peut signer des traités reconnus internationalement sans le moindre avis des citoyens. L'éminent philosophe français n'hésite pas à dire que l'Europe de Maastricht est une Europe américaine. En effet, le 8 mars 1992, le New-York Times a publié un document émanant du Pentagone où l'on pouvait lire : « Le département de la Défense affirme que la mission politique et militaire des Etats-Unis, dans la période de l'après guerre froide, sera de s'assurer qu'il ne soit permis à aucune superpuissance rivale d'émerger en Europe occidentale, en Asie, ou sur le territoire de la C.E.I. (Communauté des États indépendants). La mission des Etats-Unis sera de convaincre les rivaux éventuels qu'ils n'ont pas besoin d'aspirer à un rôle plus important ni d'adopter une position plus agressive, les dissuader de défier notre suprématie ou de chercher à renverser l'ordre politique et économique établi. »

LA RIVE SUD DE LA MEDITERRANEE ANNEXEE A L'EUROPE

Le 12 mai 2004, la Commission des communautés européennes a déclaré : « Le concept qui se trouve ancré dans la politique européenne de voisinage est celui d'un cercle de pays partageant les valeurs et objectifs fondamentaux de l'Union européenne et s'engageant dans une relation de plus en plus étroite allant au-delà de la coopération, c'est-à-dire impliquant un niveau d'intégration économique et politique important. » En fait, la politique européenne de voisinage a été lancée en 2003 suite aux résultats insatisfaisants du Processus de Barcelone déclenché en 1995. En 2007, les européens ont décidé d'accélérer leur démarche en créant l'Union pour la Méditerranée. L'objectif affiché sur la vitrine était renforcer la coopération entre l'Union européenne et les pays du Maghreb et du Proche-Orient. Cependant, l'Allemagne voulait à tout prix être le leader du bloc européen dans le nouvel ordre mondial. Le 02 juillet 2004, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel raconte que, lors de la 40è Conférence de Munich sur la politique de sécurité dans le cadre de l'OTAN, Joschka Fischer, ministre allemand chargé des affaires étrangères a déclaré que l'Union européenne et les États-Unis devraient combiner leurs compétences pour mettre en œuvre une nouvelle initiative afin de mieux gérer leurs intérêts aux Moyen-Orient. Joschka Fischer souhaitait commencer, dans un premier temps, un processus méditerranéen. Voici les points qu'il voulait aborder : la sécurité, la politique, l'économie, le droit, la culture et la société civile.

LE MOYEN-ORIENT SUR LA TRACE DE L'EUROPE

A l'instar de l'Europe, le Moyen-Orient doit être remodelé. De fait, il faut diviser certains Etats pour mieux sculpter le bloc continental. Dans son article « La manipulation du Kosovo », publié le 17 août 2008 sur le site Mecanopolis, le professeur Pierre Hillard a écrit : « Il serait ridicule de croire, parce que l'on est musulman, que l'indépendance du Kosovo est un gage donné à l'Islam. Premièrement, les Kosovars sont à peu près aussi pratiquants que les Ardèchois, et, surtout, parce que la proclamation unilatérale de l'indépendance du Kosovo a été mise en scène par les médias atlantistes, et que cette décision n'a pas été prise par les intéressés, mais par l'Allemagne et les Etats-Unis. La destruction de la fédération de Yougoslavie entre dans un vaste plan de recomposition territoriale et économique des Balkans en liaison avec la Mer noire et le Proche-Orient. » À présent, on essaye de nous vendre la bombe nucléaire en Iran (du copier coller de ce qu'on avait fait pour l'Irak) et l'instauration de la démocratie en Syrie (du copier coller de ce qu'on avait fait pour la Libye). En réalité, l'Empire anglo-saxon veut redessiner la carte du Moyen-Orient. Pour cela, il doit avant tout anéantir la résistance la plus solide représentée par l'Iran et ses alliés : le Hizbollah, la Syrie et le Jihad islamique palestinien. Il est devenu urgent de l'anéantir, car elle gagne de plus en plus du terrain au détriment d'Israël, la base avancée de l'Empire, selon l'expression de Jacob Cohen l'auteur du livre Le printemps des Sayanim, publié aux éditions L'Harmattan en 2010. Un système d'intoxication médiatique a été mis en place, le mot d'ordre est la diabolisation de l'Iran. On essayera de nous présenter les chiites comme les méchants et les sunnites comme les bons. Les musulmans doivent s'entretuer au profit de l'Empire. Les mercenaires et les idiots utiles animeront volontiers le Colisée. L'Empire fera d'une pierre deux coups, l'opposition la plus solide sera éliminée et les Russes et les Chinois devront se soumettre ou du moins négocier, car les mondialistes auront sous contrôle la plupart des réserves d'hydrocarbures ainsi que les voies de communication, notamment le détroit d'Ormuz et le Canal de Suez.

LE VATICAN II DE L'ISLAM

Une fois qu'on aura neutralisé la résistance, les promoteurs du nouvel ordre mondial essayeront de réformer l'Islam et de le soumettre à l'idéologie mondialiste. On dira aux musulmans : « Vous n'avez qu'un choix entre l'Islam intégriste (religion des chocs des civilisations, made in CIA) et l'Islam mondialisé (nouvelle religion, made in CIA). » C'est pourquoi, nos éminents cheikhs de zaouia, qui se sont transmis leur savoir de père en fils depuis la naissance de l'Islam, sont appelés, plus que jamais, à promouvoir la vraie spiritualité de l'Islam. Dans son article « Le nouvel ordre mondial à l'assaut de l'Islam », paru le 28 mars 2011 sur le site Mecanopolis, le professeur Pierre Hilliard a écrit : « Parler de l'intégration du monde musulman à l'axe euro-atlantique et aux principes du nouvel ordre mondial signifie que cela ne peut se faire qu'à la condition de modifier radicalement leurs référents religieux, et, par ricochet, politiques, économiques, sociaux et psychologiques. La mystique mondialiste veut imposer son baptême permettant la mise en forme d'un panthéisme. La création d'un « Etat sacré de l'Islam » et d'un (Conseil représentatif tournant) en mesure de modifier la religion de l'intérieur correspond à l'instauration d'un Vatican II de l'Islam. » Le futur pape des musulmans, ou plutôt khalife est censé les exhorter à ratifier l'idéologie du nouvel ordre mondial au niveau du parlement mondial des religions prévu à Bruxelles en 2014 (voir le site officiel www.parliamentofreligions.org).

DEMAIN QUELLE CULTURE ?

La culture représente un pilier important sans lequel l'édifice du nouvel ordre mondial ne peut se tenir droit. Les mondialistes ont un objectif clair : des citoyens du monde indifférenciés, des citoyens pour qui le profit est une fin en soi, des citoyens qui consomment tous pareil comme du bétail, des citoyens abrutis par la télévision, des citoyens programmés à la soumission par les nouvelles religions. Dans le nouveau monde, il est interdit d'avoir comme références des personnes comme l'Emir Abdelkader ou Lala Fathma Nsoumer. Dans le nouveau monde, les idoles de la masse sont des joueurs de football et des chanteurs de pop.

 Tel est le dessein machiavélique tramé par des groupes de pression qui, sous couvert de démocratie et de respect des droits de l'homme, fomentent pour l'asservissement total de l'espèce humaine au service d'une poignée de néo-prophètes des temps modernes qui ont jugé le moment propice de faire main basse sur tout ce qui bouge.

 Mais allons-nous tous succomber aux sirènes du nouveau désordre mondial ? L'un des plus fervents opposants au mondialisme de nos jours, le sociologue Alain Soral, auteur du best-seller Comprendre l'Empire, publié aux Éditions Blanche en 2011 avoue qu'il ne croit guère aux nations refermées sur elles-mêmes et soutient que la résistance passe par des nations à la fois souveraines et solidaires. Alain Soral a tout à fait raison, la solution serait une coopération entre les Etats opposés au gouvernement mondial tout en respectant l'histoire et la culture de chacun d'entre eux.

* Universitaire

Source : http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5172388

Category : MONDIALISATION | Write a comment | Print

Comments

Oliver Richmond, le 29-06-2016 à 08:02:27 :

Thanks

Hi, I am very happy to be in this forum. I am a writer based on a best CV writing service. Based off of this article it would seem that this group which has most of the wealth and power in the west are doing things that the majority wouldn't agree with. What is also interesting is that it seems there are not African or China or Middle Eastern influence whatsoever. Because these meetings are not transparent, it leads me to believe that bad stuff is happening behind the scenes which the majority have no clue about. I see a problem as well with politicians and business leaders meeting with each other, by that action one would deduce that there is significant collusion happening behind the scenes. Overall, this is very disturbing to me, and why people are not asking questions and getting answers are beyond me.

| Contact author |