Corruption, politique, économie et société » terres d'islam | Bloguez.com

 Corruption, politique, économie et société

29/1/2010

 

Corruption, politique, économie et société

par Lahouari Addi

Outre l'épopée de l'équipe nationale de football, l'un des thèmes dominant les titres de la presse ces dernières semaines est relatif aux affaires de corruption et de malversations à grande échelle dans le pays, touchant le ministère des Travaux Publics et celui de l'Energie et des Mines.

Ces deux départements ministériels ne sont pas les seuls secteurs de l'administration à être concernés par les détournements de fonds, et ceci est connu de tout le monde puisque le citoyen est confronté quotidiennement à ce fléau dont il imagine l'ampleur au sommet de l'Etat.

 La corruption en Algérie s'est durablement installée et prend une dimension politique incontestable. Ce qui est frappant, c'est l'absence d'informations quand éclatent des affaires, et les journalistes sont réduits à faire des commentaires de commentaires. Les ministres concernés ne donnent pas de conférences de presse et le DRS, qui est à l'origine des enquêtes, n'est pas joignable au téléphone. En privé et sur les nombreux sites web, les discussions font état de règlement de comptes, de luttes de clans, du retour du pouvoir réel, du réveil de Bouteflika après un sommeil profond, etc. Mais ceci n'est qu'écran de fumée et les véritables enjeux de ces révélations sont probablement ailleurs. L'opacité du régime permet en effet toutes les spéculations dans une situation où la gestion des deniers publics n'est soumise à aucun contrôle parlementaire. L'Algérie est le pays où l'administration contrôle l'administration. Il est toutefois curieux que le DRS, un service d'espionnage et de contre-espionnage, sorte de l'ombre et s'occupe d'affaires qui relèvent des attributions de la police et de la gendarmerie. La raison est peut-être que, dans l'Etat, il y a des catégories de cadres sur lesquels l'autorité de la police ou de la gendarmerie ne s'exerce pas. On comprendrait alors pourquoi la corruption a gangrené si facilement les sommets de l'Etat. Ce qui est grave, c'est que la corruption s'est généralisée de haut en bas, touchant tous les secteurs, y compris l'hôpital et l'université, sans parler de la justice, des douanes et des services des impôts. Tout fonctionnaire, ayant un pouvoir si minime soit-il, est happé par ce fléau qui porte gravement atteinte à l'économie nationale et qui menace l'échelle des valeurs dans la société.

Un danger pour l'économie

 Du point de vue économique, la corruption est un surcoût qui se répercute sur le prix que paye le consommateur. Lorsqu'un gendarme arrête un transporteur de pommes de terre et qu'il exige une somme d'argent, celle-ci est payée par le consommateur car le marchand l'intègrera comme surcoût ou frais de commercialisation. La corruption augmente les prix des produits et services et, ce faisant, empêche la concurrence de faire ses effets. Elle porte atteinte au pouvoir d'achat mais aussi à la rentabilité des capitaux, et surtout handicape l'exportation des produits de l'économie nationale. Si un fabricant de chaussures à Bouira entretient le commissaire de police, l'inspecteur des impôts et un député du RND, il ne sera jamais compétitif sur le marché espagnol ou français, bien que le salaire algérien soit dix fois moindre qu'en France. Le fonctionnaire corrompu est un agent qui, à partir d'une position de force, prélève des richesses en les faisant soustraire soit au pouvoir d'achat, soit au profit soit au budget de l'Etat. C'est un parasite qui décourage le travail productif et la production. Il empêche les capitaux étrangers de s'investir dans l'économie locale et fait fuir les capitaux nationaux qui préfèrent s'exiler dans des pays où les lois sont respectées et appliquées par la puissance publique. Dans une économie moderne, basée sur la rentabilité des capitaux, sur la productivité du travail et sur la concurrence, la lutte contre la corruption est une nécessité vitale. J. Habermas, philosophe allemand, écrit que les lois du marché et les lois de l'Etat se correspondent. Si l'Etat ne protège pas la sphère des échanges contre les pratiques de prédation des agents liés au pouvoir, la société ne pourra jamais accumuler des richesses. L'idée de Habermas, et aussi de K. Polanyi, c'est que l'Etat protège la société contre l'instinct de puissance que libère le marché, en posant des règles pour l'acquisition des richesses. Si ces règles sont violées, il n'y aura ni société ni civilisation.

Le bouleversement de l'échelle des valeurs

 Dans une société où un employé de bureau utilise son autorité pour s'enrichir, la hiérarchie des valeurs qui fondent le lien social sera à terme bouleversée. Il ne servira à rien d'épargner pour investir dans le futur ni d'étudier pour devenir un cadre. On apprend ainsi à la jeunesse que l'effort et la préparation de l'avenir ne paient pas.

 Dans la société où dominent les corrompus, ce qui est valorisé, c'est les relations, les formules verbales, la recherche du poste dans l'administration des guichets, le sens des opportunités et l'intérêt immédiat. L'accumulation du capital social ouvre l'accès aux richesses mieux que l'investissement ou l'effort. Dans une telle société, la source des richesses n'est ni le travail ni le capital, mais la position stratégique du poste administratif. Le fonctionnaire corrompu qui habite une villa jouit de plus de respect que le travailleur qui vit de son salaire. Il suffit pour cet employé d'accomplir quelques voyages à La Mecque, de montrer qu'il fréquente la mosquée du quartier pour qu'il soit considéré comme un personnage respectable. Certains vont jusqu'à rendre licite la corruption sous prétexte que l'Etat serait impie. Il y a parfois des manières d'obéir à l'islam qui sont une désobéissance à l'esprit du Coran. Le corrompu devient ainsi un modèle social que les jeunes vont intégrer pour choisir leur avenir. De ce point de vue, la corruption sape le fondement du lien social, et est une affaire éminemment politique. Elle ne sera éradiquée que par l'institutionnalisation des rapports d'autorité, par la mise en place de contrepouvoirs institutionnels et par la représentativité des Assemblées élues.

 Or ces concepts n'appartiennent pas à la culture politique des dirigeants qui ne perçoivent pas que la corruption est inhérente à l'être humain et que seul un Etat de droit peut en limiter l'ampleur. Il leur semble que la corruption est une simple déviance répréhensible et une entorse à la morale publique. Il suffirait de faire une circulaire de moralisation pour qu'elle disparaisse. A y réfléchir, c'est une pratique ancrée dans l'anthropologie humaine que ni la conviction nationaliste, ni la foi religieuse ni la crainte des services de sécurité ne feront reculer.

 Elle est un danger pour l'économie et une menace pour les valeurs qui fondent le lien social.

 Aucun organe du pouvoir exécutif, fût-il le DRS, n'est capable de lutter efficacement contre la corruption. La solution est une Assemblée nationale souveraine et représentative, une justice indépendante, une presse libre et des partis et des syndicats autonomes.

 C'est-à-dire une transition vers l'Etat de droit et la démocratie. Autrement, les préposés aux affaires publiques se comporteront toujours comme des renards dans le poulailler.

 L'Etat de droit fait de l'animal social qu'est l'homme un être humain sociable et respectueux de la loi et des efforts des autres. Toute la question est de savoir si les dirigeants algériens veulent un Etat de droit. Le succès de la lutte contre la corruption dépend de la réponse à cette question.


Source : http://www.lequotidien-oran.com

Category : CORRUPTION EN ALGERIE - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |