Alger-Tamanrasset : Voyage au bout du désert » terres d'islam | Bloguez.com

 Alger-Tamanrasset : Voyage au bout du désert

10/3/2010

 

désert AlgérieAlger-Tam : Voyage au bout du désert

Le voyage qui a duré 11jours nous a permis également de confirmer que s’il existe une «fourmilière» qui ne connaît pas de répit, à longueur d’année, même pendant les rudes journées et nuits d’hiver, c’est bel et bien, la Protection civile. Les hommes et les femmes de ce corps de métier accomplissent, avec satisfaction, leur noble mission, même au péril de leur vie pour… sauver des vies.
Notre voyage commence à 9 h du matin depuis l’école de formation de Dar El Beida. Après avoir siroté des cafés dans le salon d’honneur, on emballe nos bagages et l’aventure commence sous un ciel brumeux à bord d’un minibus.
Sur la route, depuis Chiffa en passant par Médéa et Bouguezzoul où il pleuvait à torrent, « nos encadreurs » remarquent, comme nous, les dépassements dangereux sur la route « qui sont à l’origine de plus 70% des accidents de la circulation routière» commente le commandant Achour. Sur les hauteurs de Médéa, un accident de la route sur la RN1 venait d’avoir lieu. Une voiture neuve de marque Peugeot a dérapé. Cet accident a fait deux blessés, ce qui nous a permis de voir les «pompiers» à l'œuvre. 

15 KM À PIED, UNE CORVÉE POUR LES ÉCOLIERS
Première escale de notre long périple : Djelfa. A l’entrée de cette wilaya, entre Bouguezzoul et Hassi Bahbah, on remarque des élèves sillonnant le long de la route. Le ramassage scolaire est, apparemment, inexistant dans cette contrée. Ces écoliers marchent quotidiennement plus de 15 kilomètres (aller-retour) depuis leur domicile pour rejoindre l’école, chose qui n’est nullement facile pour ces enfants et adolescents, surtout en cette période de l’année où il fait parfois 5°C.
A de plus en plus qu’on se rapproche du chef lieu de wilaya, autrefois déshéritée, un constat s’impose : Djelfa s’est métamorphosée à la faveur du programme de développement destiné aux Hauts-Plateaux. Cette wilaya steppique ressemble aux villes du nord de par les nouveaux édifices qui y sont construits.
Une fois dans la capitale des Ouled Nail, le lieutenant colonel de la protection civile, M. Boukhnifer Ameur a tenu à nous faire visiter le nouveau siège de l'unité principale de la ville.  «Un vrai bijou», selon le commandant Achour. Non encore opérationnelle, mais elle accueille déjà la sélection de boxe de la protection civile pour préparer le championnat régional de cette discipline sportive. M. Ouradi, double champion d’Afrique et Cherifa Naziha, trois fois championne d’Algérie, qui se préparent pour les rings sont satisfaits des conditions d’accueil. «Il ne manque que les rings» a affirmé M. Ouradi.  La nouvelle structure sera opérationnelle dans quelques jours. «Elle n’a rien à voir avec l'ancien siège», aime-t-il à dire.
Le lendemain, direction Ghardaïa. Durant le trajet et de part et d’autre des 260 km de routes droites qui séparent les deux villes, des chantiers témoignent du changement que connaît le sud du pays dont un projet de dédoublement de la voie.
Le commandant Brahim Mohammedi qui vient de prendre ses fonctions à la tête de la Protection Civile affirme que « le problème numéro un de la wilaya de Ghardaïa est le risque d’inondation ». Il a fait savoir que « quasiment chaque commune est traversée par un oued et 80 % des habitations se situent aux abords des oueds » a-t-il soutenu.
Le commandant Brahim a affirmé également que la région court un risque industriel.
«Toutes les canalisations du gaz qui relient Hassi Messaoud et Hassi R’Mel passent par Ghardaïa » a-t-il indiqué. L’ensablement du réseau de 750 km constitue un véritable mouroir pour les automobilistes.

LES CRUES, UN RISQUE MAJEUR
Le lendemain, tôt le matin, nous prenons le chemin vers Tamanrasset. Les Chinois sont présents sur les chantiers de transfert de l’eau de In Salah vers Tamanrasset sur une distance de 750 km. La région d’Arak, distante de 270 Km d’In Salah et de 400 Km de Tamanrasset est époustouflante par ses reliefs. Ces montagnes et ces formes rocheuses ne sont pas, cependant, du goût des chefs du projet puisque ce relief va causer des retards considérables dans les délais de réalisation. Difficulté à laquelle ils sont confrontés. Ici, dans ce grand désert, on a l’impression d’être coupés du monde. Ni électricité, ni réseau de téléphone mobile. «C’est une région idéale pour ma retraite » dira Si Lahcen d’un air plaisantin.
Le lieutenant colonel Azzedine Benkadour, directeur de wilaya de la Protection civile, a fait savoir que le problème numéro un auquel font face ses agents, est celui des crues. Une trentaine d'oueds traversent le territoire de la wilaya dont 17 soit les plus importants : Tamanrasset, Otoul, Abalessa, Tit… menacent la population. M. Benkadour indiquera, en outre, que quatre oueds, à savoir Otoul, Tazrouk, Souran et Tahifat sont considérés comme des points noirs. En plus des pertes en vies humaines engendrées par les crues, la Protection civile a recensé comme autre danger l'isolement de la wilaya dû aux routes coupées, essentiellement la RN1. «Dès qu'un BMS nous parvient, nous fermons carrément les routes menacées», explique notre interlocuteur, ajoutant que la Protection civile est prévoyante en avertissant la population à travers les radios locales. Des campagnes de sensibilisation et de simulation continuelles sont menées pour «préparer la population à d'éventuelles catastrophes et l'informer des divers risques qu'elle encourt ».

ADMIRER LE COUCHER DU SOLEIL DEPUIS LASSEKREM
Notre surprise fut grande lorsque le commandant Achour nous affirme que le lendemain nous allons nous rendre à Laskrem ! «C’est une très bonne idée»  dira une consœur.
Deux voitures 4X4 nous attendent pour monter à Lassekrem. 82 km de piste à parcourir ! La beauté des différents paysages nous fait oublier la difficulté du trajet. Des montagnes se dressent majestueusement au milieu des regs à perte de vue. «Ahagguar, Adhryan, Adhadh (Le doigt), le Lion, L’Eléphant, Akar Akar». Ce sont là, les appellations de différentes montagnes. Tout le monde est ébahi par la beauté de toutes ces merveilles !
Après trois heures de traversée sur les pistes, nous y sommes. À Lassekrem. Une caserne militaire, un poste de douane et un poste avancé de la protection civile. Ce dernier n’a rien à envier à ceux des Hauts-Plateaux ou encore à ceux de la Capitale. Construit en pierre taillée, il est doté d’une grande aire de stationnement, de véhicules.
Lors de notre pérégrination, Vantura, un moine espagnol, nous a invité à prendre du thé. Il est là depuis trois ans à faire ses prières dans une petite chapelle que le Père Charles de Foucauld avait construite. Ce dernier, était un catholique qui a passé la majorité de sa vie parmi les Touaregs dans le Sahara. Il a été assassiné en 1916 devant la porte du fort qu’il a construit pour la protection des Touareg. Son amour pour ces derniers l’a poussé à faire le premier dictionnaire  Targui Français.
Le religieux nous a expliqué également le système de récupération d’eau dans une zone où il pleut très rarement. En visitant cet endroit, on comprend facilement pourquoi le plateau de l’Assekrem draine une foule nombreuse durant la période de fin d’année, les fêtes de Noël et du Nouvel An. Ces amoureux du Grand Sud algérien viennent régulièrement accomplir leur pèlerinage habituel à l’Assekrem. Ici, le lever et le coucher du soleil sont parmi les plus beaux  au monde. 


10-03-2010
Source : http://www.horizons-dz.com/reportage/7995.html

 

Category : ALGERIE / VILLES ET PAYSAGES - 1 | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |